La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre À toute berzingue

mars 2018 | Le Matricule des Anges n°191 | par Laurence Cazaux

Maman a choisi la décapotable

Voilà une pièce qui tord le cou au malheur. Antonio Carmona a mis en jeu trois personnages qu’il présente ainsi : « Lola, 8 ans, l’enfant à l’école primaire. Avec des bottes de pluie. Prune, sa sœur, 13 ans, l’ado au collège. Avec un téléphone portable. Garance, la nounou à la maison. Avec beaucoup d’énergie. »
La liste pourrait se poursuivre avec deux absents de poids : la mère, enfuie il y a longtemps avec son amoureux dans une décapotable. Et le père, parti soigner son chagrin d’amour loin de chez lui et de ses enfants. C’est Garance, la nounou, qui veille sur les deux sœurs. Et cette famille réinventée fait face de belle façon. Et même si Lola a du mal à s’endormir, même si elle pose tout le temps des questions et met en œuvre toutes sortes de stratégies pour faire revenir son père, même si Prune se bagarre à l’école dès qu’on évoque l’absence de ses parents, l’énergie et la vitalité de Garance rend ces trois-là indestructibles.
Antonio Carmona offre à ses personnages une langue et un humour de combat. Ça parle à toute allure, d’amour, de chagrins à surmonter, du goût des baisers, des souvenirs qui font mal, ça se chamaille, ça se dispute, se réconcilie, s’embrasse, s’explique. La pièce en est très touchante, à mi-chemin entre le rire et les larmes.
L’auteur explique : « J’imagine souvent dans mes histoires les personnages lâcher les assiettes, lever les bras au plafond et courir au hasard en criant “c’est la catastrophe” (…). Si leur quotidien est cabossé par les coups du sort, j’aimerais qu’ils sortent de leur bouche des blagues et de la tendresse en pagaille ! (…) C’est comme ça que je me lance dans l’écriture. En cherchant la blague au milieu des décombres. (…) Peut-être parce que je viens d’une école de clown et que la blague c’est tout ce qu’il reste de mon nez rouge, depuis que je l’ai jeté dans la poubelle de ma chambre. » Des mots avec un nez rouge pour rire de nos destins tragiques, voilà une belle preuve de confiance dans le pouvoir de la parole.

L. Cazaux

Maman a choisi la décapotable,
d’Antonio Carmona
Théâtrales jeunesse, 60 pages, 8

À toute berzingue Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°191 , mars 2018.
LMDA PDF n°191
4.00 €
LMDA papier n°191
6.50 €