La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Convulsions de Hakim Bah

mars 2018 | Le Matricule des Anges n°191 | par Patrick Gay Bellile

Au début, Atrée et Thyeste, les deux frères, torturent puis assassinent leur frère bâtard. Parce que ce serait dommage de devoir partager l’héritage. Et puis une femme entre en scène et raconte : « Au début tout roule / c’est l’eau de rose / les belles paroles à l’eau de rose ». Ensuite, ça se gâte : « Ça met du temps avant d’accepter que c’est toi que c’est bien toi qu’on battait que c’est bien ton corps qui recevait les coups que c’est bien toi qu’on giflait que c’est bien toi la victime ». Et puis revoilà Atrée, scotché à son ordinateur, à qui son voisin rend visite pour le tuer parce qu’il a couché avec sa femme. Qu’il a d’ailleurs pris soin de tuer avant de venir. Mais Thyeste arrive juste au bon moment pour détourner la balle. Atrée s’enfuit, laissant seuls Erope, sa femme, et Thyeste. Qui vont bien sûr coucher ensemble. Mais surpris par le retour d’Atrée, Thyeste s’enfuit tandis que la malheureuse Erope subit la vengeance de son mari. Vengeances, haines, trahisons, infanticide et cannibalisme, Hakim Bah déroule un cycle infernal sur fond de rêve américain et de tentatives pour gagner la green card, celle qui permet de s’installer et de travailler aux États-Unis. Il parcourt pour nous toute une gamme de violences, et il va jusqu’au bout ; et quand le lecteur pense avoir touché le fond, une nouvelle violence surgit, et leur enchaînement semble être sans fin.
Mais Hakim Bah écrit avec du recul et un humour contenu dans la forme d’écriture : toutes les didascalies commentent, décrivent, ou annoncent les faits et gestes des uns ou des autres, et nous racontent ce qui se passe dans leur tête avant qu’ils ne parlent. Ou bien commentent leurs hésitations, leurs scrupules, et leurs pensées secrètes. Son écriture joue avec les boucles, les répétitions, les retours en arrière, elle jongle avec les mots et avec les rythmes. Souvent douce et poétique, elle se fait soudain brutale et crue pour raconter l’horreur. Une écriture rythmique, comme martelant et ponctuant de manière répétitive l’éternelle violence de l’homme contre lui-même et contre les autres. Et pour finir : « Rire d’outre-tombe du fantôme de la mère du frère bâtard. »
P.G.-B.

Tapuscrit Théâtre Ouvert, 136 pages, 10

Convulsions de Hakim Bah Par Patrick Gay Bellile
Le Matricule des Anges n°191 , mars 2018.
LMDA PDF n°191
4.00 €
LMDA papier n°191
6.50 €