La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français De colère et d’ennui

mars 2018 | Le Matricule des Anges n°191 | par Yann Fastier

De colère et d’ennui

1832, année de révolte et de choléra. Pendant que l’épidémie fait des ravages, une insurrection républicaine secoue la capitale pendant trois jours que suivront des semaines de répression. En marge de ces événements, quatre femmes : Adélaïde, la bourgeoise, vit au Jardin des plantes et donne à une amie de province des nouvelles de son quotidien protégé. Émilie, ardente saint-simonienne, désespère de faire entendre la voix des femmes dans ce concert masculin. Louise, marchande de quatre-saisons, ruse avec la police qui la soupçonne d’avoir été du côté des insurgés. Lucie, enfin, jeune religieuse cloîtrée, meurt du choléra sans cesser d’entretenir un monologue mystique où se mêlent humeurs baveuses et transcendance.
Thomas Bouchet est historien, spécialiste du XIXe siècle. On lui doit notamment le remarqué Noms d’oiseaux : l’insulte en politique de la Restauration à nos jours (Stock, 2010). De colère et d’ennui est son premier roman, issu de ses recherches sur cette année 1832, année-clé à bien des égards dans l’histoire de ce siècle qui n’en finit pas de commencer. Parfaitement documenté, il a toutefois les défauts de ses qualités, la redingote de l’historien ne cessant de reparaître sous la robe de chambre du romancier. Les lettres d’Adélaïde, en particulier, ont souvent des airs de miscellanées, d’accumulation de petits faits vrais qui ne suffisent pas complètement à faire un roman. De même, le procédé un peu artificiel qui consiste à isoler les réponses de Louise lors de ses interrogatoires ou à sortir les harangues d’Émilie de leur contexte peut agacer parfois. Seuls les monologues de Lucie, étranges et d’une intimité presque dérangeante, soutiennent un intérêt qui soit au-delà de la seule curiosité documentaire, malgré leur brièveté (elle meurt presque tout de suite). Et c’est bien là le paradoxe de ce premier roman un brin trop prometteur : trop court pour ne pas laisser quelque peu sur sa faim, il se lit néanmoins sans ennui, justement parce qu’il est court.

Yann Fastier

De colère et d’ennui de Thomas Bouchet
Anamosa, 175 pages, 18

Le Matricule des Anges n°191 , mars 2018.
LMDA PDF n°191
4.00 €
LMDA papier n°191
6.50 €