La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Essayer voir

mai 2018 | Le Matricule des Anges n°193 | par Emmanuel Laugier

Plonger dans l’œuvre de Georges Didi-Huberman nous confronte à une radicale mais cruciale désorientation.

Europe N°1069 (Georges Didi-Huberman, James Sacré)

Le dossier que consacre Europe à Georges Didi-Huberman, philosophe-penseur des images (de toutes celles que produit la création, de la peinture à la littérature en passant par la danse, etc.), est suivi, il faut le signaler, de deux poètes français : James Sacré, dont Yann Mirallès déplie la notion de reprise (donc celle aussi de montage), et Véronique Pittolo dont le premier livre (Montage, 1992) rejoint ses Histoire(s) de l’art où la figure de Piero de la Francesca, centrale, recoupe celle de la coloration d’un ciel saisi par un polaroïd… Le rapport entre les démarches de la création étant congruent, on pourra joyeusement aller et venir entre celle des un.e.s et le processus d’approche analytique qu’a fortiori il faut reconnaître à l’œuvre de Georges Didi-Huberman. Celui-ci, en effet, Muriel Pic en précise bien les mouvements dialectiques, jusqu’à montrer combien la question « du montage (constitue) une méthodologie à part entière  ».
Ses livres ont en effet renouvelé et dynamisé, comme ils ont conceptualisé de façon inédite, cette pensée de la modernité, du fragment à l’agencement des matériaux et des documents. Toutefois, si Didi-Huberman en suit les déploiements multiples, il vise surtout à révéler ses apparitions invues et insoupçonnées, hors de toutes chronologies établies. C’est depuis cet angle mort – avec L’Invention de l’hystérie (1982), qui interroge à partir de Charcot et de la documentation photographique de l’hystérie, les symptômes d’une critique de la clinique, et Ce que nous voyons, ce qui nous regarde (1992) –, que ce paradigme s’ouvre à ses dimensions vertigineuses et cycloniques (jusqu’au cap de Images malgré tout).
Mais cet art de l’agencement appelle à lui le voisinage d’autres forces, rémanentes, impures, sauvages, les tressant autant aux logiques des « phasmes », des « survivances », des « étoilements », qu’à celles de « solitudes » plurielles. Il ne faut pas croire que l’esseulement soit exclu de la réflexion de Georges Didi-Huberman. Bien au contraire, il est un antidote radical à la bonté béate du partage, ainsi qu’une critique nécessaire à celle, supposée (et bien facile) dont la démocratie se réclame. Ses livres, de l’urgent Passer, quoi qu’il en coûte, dont la figure du migrant est centrale, à l’impressionnant travail en six volumes de L’Œil de l’histoire en sont les démonstrations pas à pas tenues. Et ce parce que s’y pense d’abord la rage des soulèvements (que M. Macé scrute à travers Survivance des lucioles), comme l’élaboration de la figure du danseur solitaire que nous devons tous inventer en nous.
Les essais de Didi-Hubermann inventent ce gai savoir. Leur armature philologique y forme des incitations vives et revigorantes à réfléchir sur la façon dont le(s) passé(s) réveille(nt) notre présent. S’il s’attache donc aux « modalités marginales de la représentation  », et de ce qui fait image y compris dans toute trace écrite, c’est pour chercher sous leurs « lisibilités » des forces d’« apparition  », « terme où il faut entendre ici à la fois la hantise du refoulé, le fantomatique, et le procédé photographique qui fait advenir l’image latente  » (M. Pic). Ces trois axes forment le centre du cyclone des volumes de L’Œil de l’histoire, que chacun repose et élargit pour y « esquisser une anthropologie du regard et de l’imagination  ». On verra comment ces jeux d’articulation se construisent, des « cris remplis de peinture goudronneuse  » du dernier Goya à l’iconographie de la Salpêtrière, jusqu’aux études que E. Jorge de Oliveira et A. Cloarec consacrent à l’exposition Soulèvements qu’organisa l’historien au Jeu de Paume (Paris), ou encore par l’écriture de huit images certaines d’une autre histoire de l’art (M. Alphant).
Emmanuel Laugier

Europe N°1069, 379 pages, 20

Essayer voir Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°193 , mai 2018.
LMDA papier n°193
6.50 €
LMDA PDF n°193
4.00 €