La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Conduite accompagnée

juillet 2018 | Le Matricule des Anges n°195 | par Yann Fastier

Comment débuta Marcel Proust

Comme tout blockbuster qui se respecte, les grandes œuvres littéraires ont leurs produits dérivés. Études, exégèses, colloques et mélanges gravitent autour d’elles comme les lunes de Jupiter autour de leur géante gazeuse. Quelques-uns de ces satellites se révèlent parfois très hospitaliers, telle cette instructive et délicate correspondance de Marcel Proust avec Louis de Robert, réunie par ce dernier en 1925 et rééditée aujourd’hui par L’Éveilleur. Pour l’heure, nous sommes en 1912, et Proust cherche un éditeur pour la Recherche. Il s’adresse à son ami, plus introduit que lui dans le milieu de l’édition, pour lui demander conseil. On connaît la suite, les refus successifs, jusqu’à la publication à compte d’auteur chez Grasset. Louis de Robert n’aura pourtant pas ménagé sa peine. Admirateur de la première heure du jeune Proust, celui des Plaisirs et des jours, il ne cessera par la suite de faire montre d’une véritable et très fine compréhension d’une œuvre dont peu de ses contemporains surent alors percevoir le caractère novateur. Ainsi conseilla-t-il à Proust de ne rien retrancher de son manuscrit, que d’aucuns trouvaient trop long ou bien le dissuada-t-il d’y ajouter tout un arsenal de notes théoriques, comme Proust en eut un moment l’intention. Tout le monde n’avait pas alors de ces intuitions, à l’exemple de l’éditeur Alfred Humblot qui, au nom de la maison Ollendorff, répondait par ces mots aux sollicitations de de Robert : « Cher ami, je suis peut-être bouché à l’émeri, mais je ne puis comprendre qu’un monsieur puisse employer trente pages à décrire comment il se tourne et se retourne dans son lit avant de trouver le sommeil. » De Robert, en revanche, n’aimait pas le titre Du côté de chez Swann. Proust s’obstina et il fit bien, sinon Dave aurait dû s’en aller faire un tour du côté des Colombes poignardées, des Jardins dans une tasse de thé ou bien du Septième ciel. À quoi tiennent les choses…

Yann Fastier

Comment débuta Marcel Proust, de Louis de Robert
Préface de Jérôme Bastianelli, L’Éveilleur, 136 pages, 9,50

Conduite accompagnée Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°195 , juillet 2018.
LMDA papier n°195
6.50 €
LMDA PDF n°195
4.00 €