La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Ahmed revient

juillet 2018 | Le Matricule des Anges n°195 | par Patrick Gay Bellile

Le revoilà, le feu follet des banlieues, le redresseur de torts, le Scapin des temps modernes, le bavard impénitent par qui la philosophie arrive sur la scène du théâtre. Vingt-cinq ans après sa première apparition, c’était Ahmed le subtil, revoici le « citoyen universel, représentant qualifié de l’humanité véritable ». Il n’a rien perdu de sa verve. Il questionne les mots, leurs sens, leurs jeux. Il les décompose, les observe, puis les recompose dans une nouvelle forme : transcendant devient « trans sans dents » et morigène « Le Maure, il gêne ». Les noms propres rivalisent avec les noms sales. Il interroge, digresse, revient, s’amuse de tout et apostrophe son public. Il déconstruit les concepts, enfourche le coq, préfère finalement passer à l’âne et se permet pour finir de nous expliquer ce qu’est la philosophie. Au passage, il aura été question bien sûr de citoyenneté, de poésie, de sa cousine Fatima, de l’ordre des scènes au théâtre, bouleversé par le bavardage d’Ahmed qui ne s’en tient pas à ce qui est prévu et oublie de donner des informations, d’où la nécessité de rajouter une scène 3 bis après la 5 : « Mais comme c’était la scène 4 et qu’on arrive à la scène 7 sans avoir fait la scène 3, je vous fais la scène 3 d’abord située entre la 6 et la 7. » Mais tout cela bien sûr n’est pas gratuit : il s’agit pour Ahmed/Alain Badiou de s’intéresser de près, de très près aux enjeux de nos sociétés modernes. Car Ahmed est un bateleur, un histrion, ne craignant ni dieu ni diable, s’amusant des puissants et les tournant en dérision. Et l’auteur est avant tout philosophe. Et il entend bien mener une réflexion philosophique dans une forme théâtrale. En questionnant en premier lieu le théâtre : qui est le personnage ? Où est le comédien ? Dès le début l’un s’en va chercher l’autre pour que la pièce puisse commencer. Alain Badiou ne doute ni du théâtre, ni de la politique ni de la philosophie. Il est homme de convictions, et la dernière phrase d’Ahmed nous le rappelle : « Tous philosophes, et le monde changera de face, et si nous ne sommes rien, nous serons Tout. »

PGB

Ahmed revient d’Alain Badiou
Actes Sud-Papiers, 48 pages, 8,50

Le Matricule des Anges n°195 , juillet 2018.
LMDA papier n°195
6.50 €
LMDA PDF n°195
4.00 €