La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Venir grand sans virgules, de Myriam Wahli

juillet 2018 | Le Matricule des Anges n°195 | par Franck Mannoni

Venir grand sans virgules

Le premier roman de Myriam Wahli bouscule avec espièglerie les habitudes de lecture et donne de l’enfance une vision empreinte de noblesse. Anticonformiste, un brin rebelle, une petite fille de 10 ans déambule dans son hameau du Jura bernois. Au fil de ses balades, elle pose sur ce qui l’entoure un regard brut et des pensées sans virgules. Elle garde pour elle ses sentences pleines de bon sens, histoire de ne pas trop bousculer les conventions : « Moi je suis la petite et si la petite dit ça c’est la claque ». Douée d’un sens très développé de l’observation et de l’introspection, elle dénonce ce qu’elle perçoit comme une forme de manipulation. Non seulement les adultes confèrent un sens unique aux mots qu’ils utilisent, mais ils imposent leur vision du monde aux plus jeunes, chargés ensuite de la reproduire. Un malheur n’arrivant jamais seul, ils répandent autour d’eux des nappes de non-dits envahissants et pesants. Leurs « règles fantômes », sournoises et difficiles à remettre en cause, entretiennent une organisation sociale coercitive. De quoi définir une bonne fois pour toutes ce que doit être « une gentille petite fille  ». Inscrit dans une forme d’urgence, le discours intérieur de l’enfant répond à ces carcans par la fluidité. L’écriture instinctive de Myriam Wahli lui confère ce naturel. Elle donne un accès direct à une poésie simple et évocatrice, née dans une solitude bucolique : « Comme la pluie qui pèse sur la terre les paupières pèsent sur les yeux et je rêve ».
Ces pérégrinations sont aussi l’occasion de dresser quelques portraits bien brossés. L’enfant passe du temps avec le Rossé, qui comprend ses petites fugues champêtres. Elle évite la Rose, qui n’a pas eu d’enfants et comble ce manque en collectionnant des poupées de porcelaine au visage inquiétant. À sa manière, libre et spontanée, le jeune personnage de Myriam Wahli donne une dimension humaine à la rationalité des grands : une philosophie de la contestation pleine de fraîcheur.

Franck Mannoni

Venir grand sans virgules, de Myriam Wahli
L’Aire, 94 pages, 20

Venir grand sans virgules, de Myriam Wahli Par Franck Mannoni
Le Matricule des Anges n°195 , juillet 2018.
LMDA papier n°195
6.50 €
LMDA PDF n°195
4.00 €