La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Fondre

septembre 2018 | Le Matricule des Anges n°196 | par Laurence Cazaux

Fondre est une commande d’écriture du collectif Troisième Bureau de Grenoble pour une mise en lecture par des lycéens dans le cadre du festival Regards croisés. Guillaume Poix, jeune auteur et metteur en scène de 32 ans, nous offre un texte très court et épuré. Son sous-titre est explicite : « Partition ouverte pour des jeunes gens qui ont froid ». Le texte n’est pas distribué, les adolescents peuvent donc être plus ou moins nombreux selon les propositions scéniques. L’auteur imagine une sorte de fin du monde. C’est la nuit, le temps s’immobilise, il fait très froid, chaque voix de la partition est figée sur un bout de banquise à la dérive. Impossible de se repérer, impossible de bouger, sous peine de voir la glace se fissurer et de couler. La parole est entrecoupée de silences qui alternent avec des sons de déchirure, « comme si une membrane cédait ». Au fur et à mesure de l’avancée de la pièce, les voix semblent de moins en moins nombreuses. Jonas et Sofia, les deux seuls nommés, ne répondent plus, ont-ils coulé, ont-ils dérivé ? Le lecteur a l’impression qu’il n’en reste plus que deux qui vont finir par se rejoindre pour tenter d’avoir chaud, quitte à sombrer ensemble. On pense au Radeau de La Méduse, au mythe de Jonas ou au Titanic. Cette proposition est une belle métaphore de notre monde. La situation des migrants qui cherchent un Eldorado au péril de leur vie est clairement évoquée « - t’as dit faut sortir des conteneurs une fois qu’on est en mer et sauter sur les bouts de banquises qui dérivent. (…) - T’as dit que caché.e.s dans les conteneurs, on allait se faire repérer au moment du déchargement sur le port. - T’as dit que c’était plus sûr de passer par les bouts de banquise. - Qu’on entrerait sur le territoire sans danger. - Sans être vu.e.s - Qu’on s’en sortirait. »
Mais la banquise qui fond raconte également le réchauffement climatique et notre monde à la dérive avec le retour du chacun pour soi, comme dans un naufrage.

L. Cazaux

Fondre, de Guillaume Poix
Éditions Théâtrales, 46 pages, 6

Le Matricule des Anges n°196 , septembre 2018.
LMDA papier n°196
6.50 €
LMDA PDF n°196
4.00 €