La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Livre de bord

juillet 2019 | Le Matricule des Anges n°205 | par Anthony Dufraisse

Très tôt la raison d’être de ce livre s’expose : « Carnet de compte de la vie du Border, livre de bord, biographie de naufragé, mots inutiles, conversations et trajectoires de ceux qui vivent ici. » Ainsi parle celui qu’on appelle Scribouilleur, écrivain public improvisé, zonard désœuvré, sonar ambulant, zombie somnambulique, oui un peu tout ça à la fois. Une volonté de témoigner d’un espace urbain aux contours mouvants, telle est semble-t-il l’intention de Jacques Houssay dans ce vrai-faux roman, le premier de ce quadra qui a roulé sa bosse professionnellement. Son narrateur, ou plutôt son porte-voix, est un greffier qui arpente nuit et jour le Border, un territoire indéterminé, entre usines, docks et friches, quartier-dortoir, vieilles pierres et ponts ; il s’en fait le cartographe halluciné. Poète des marges, aède des éclopés, il esquisse des scènes de vies déviées, décrit une micro-communauté vrillée ; paysages et portraits se succèdent ainsi au fil d’une errance dans le cœur et les confins d’un monde-macadam, sur fond de beat du bitume. Tous les personnages – figurants furtifs, silhouettes déglinguées ou figures désirantes – tournent en rond, fauves qu’ils sont dans une de ces cages que la société de consommation entrouvre rarement, face à un futur peut-être « périmé ». Confinement dans l’immanence, ce livre dessine une chorégraphie de la déambulation dictée par le mouvement des corps sous perfusion de dérivatifs artificiels. Et Scribouilleur d’en restituer éclats, échos et étincelles : « Le Border bouillonne, craque et se meut en moi. Ce lieu dont je suis fait. » Ailleurs on en parle comme d’« un chaudron d’or caché quelque part sous l’âtre d’une sorcière ».
Il y a de la magie noire dans ce texte, au style tantôt haché et nerveux tantôt déclamatoire et exalté, une tension lyrique créant une impression de conscience fluctuante. On pense à Requiem for a dream, le film écorché de Darren Aronofsky. Raccourci (l’écrivain se grisant un peu trop parfois de sa virtuosité), ce livre aurait été plus pénétrant sans doute, mais il suscite, tel quel, un authentique envoûtement.

Anthony Dufraisse

Border, de Jacques Houssay,
Le Nouvel Attila, 197 pages, 17

Livre de bord Par Anthony Dufraisse
Le Matricule des Anges n°205 , juillet 2019.
LMDA papier n°205
6.50 €
LMDA PDF n°205
4.00 €