La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre H.S. Tragédies ordinaires de Yann Verburgh

septembre 2019 | Le Matricule des Anges n°206 | par Patrick Gay Bellile

H.S. Tragédies ordinaires

H.S. Tragédies ordinaires

H.S. Tragédies ordinaires

Texte écrit pour les adolescents à partir de questions posées par l’auteur à des collégiens et lycéens, H.S. Tragédies ordinaires parle de la violence, de ses dérives, de ses enchaînements. Et comment finalement les rapports hiérarchiques, parents/enfants, enseignants/ élèves, administration/enseignants, entretiennent cette violence, la nourrissent, l’incarnent même parfois, tout en la condamnant et se donnant pour mission de la combattre. La pièce est écrite à la manière d’une tragédie grecque, avec son prologue, son épilogue, et les interventions régulières d’un chœur qui rapporte ici, sous forme de listes, les propos entendus, les explications données, les insultes échangées. Elle se compose de plusieurs scènes indépendantes, qui sont comme un florilège de cas de violences, mais dont on perçoit bien le lien qu’elles peuvent avoir entre elles, un personnage d’une scène semblant se retrouver dans une scène suivante. Et puis, comme une basse continue, une mère tente de faire le deuil d’un enfant mort. C’est la richesse du texte de nous montrer par exemple le harcèlement scolaire via les réseaux sociaux, non pas comme un phénomène en soi, isolé, que l’on pourrait traiter puis éradiquer à la manière d’une infection localisée, mais bien comme faisant partie d’un tout, d’une société violente qui à tous les niveaux pratique le harcèlement. Et demande à ses membres de se taire surtout. « Pour ne plus avoir à parler mais juste à caqueter. Comme vous. Caqueter pour me taire. Puisque c’est de ça dont il s’agit. Apprendre à se taire. » Ce professeur de français rencontre des problèmes avec une classe, et espère trouver une aide auprès de ses collègues et de la direction ? Il se voit renvoyé à sa propre incapacité et aux effets fâcheux qu’elle pourrait avoir sur la bonne image de l’établissement. Avec comme conséquences, le sacrifice de certains élèves sur l’autel des réputations : « Les éléments perturbateurs, débarrassez-nous en, refourguez-les aux filières technologiques et professionnelles, qu’on en soulage les filières générales ». Une langue précise, rapide, et sans fioritures, pour un texte coup de poing. PGB

Quartett, 112 pages, 12

H.S. Tragédies ordinaires de Yann Verburgh Par Patrick Gay Bellile
Le Matricule des Anges n°206 , septembre 2019.
LMDA papier n°206
6.50 €
LMDA PDF n°206
4.00 €