La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Cent millions d’années et un jour

septembre 2019 | Le Matricule des Anges n°206 | par Virginie Mailles Viard

Cent millions d’années et un jour

C’est « dans un village où les querelles durent plus de mille ans  », face à trois pics adossés à l’Italie, que débute l’épopée de Stan, paléontologue. Dans ce « ventre du monde », il mène une recherche qui tient de la science et du conte de fées. Il a suffi d’une histoire, celle de Leucio le concierge, pour ranimer ce chercheur qui sommeillait dans un bureau de l’université. Leucio aimait raconter qu’un jour de tempête, il s’était réfugié dans ces montagnes, au creux d’une grotte où dormait un dragon. Mais pour Stan, la description d’un cou démesuré et d’une tête plus petite, d’une queue immense, c’est… celle d’un brontosaure. Il abandonne tout. Il entraîne son ami et chercheur le géant Umberto, le guide Gio qui parle un patois que seul Umberto comprend, Peter, un jeune assistant. Mais se greffent à cette équipée vers les glaciers, les souvenirs sombres de son enfance. Ce sont ces monstres-là qu’il emporte en montagne, une cohorte plus dangereuse que la glace et l’hiver réunis. Jean-Baptiste Andréa ouvre cet espace terrible et féerique où la poésie de la langue et la violence des sentiments dotent la nature sauvage d’atours enivrants. « L’automne rôde aux portes du plateau. Gio l’a senti. Il sait que la saison a reniflé notre présence, elle aussi. (…) Le compte à rebours a commencé. » Un décompte funeste pour ces hommes qui ne sont que des points noirs dans ce grand vide blanc. Les semaines passent, et c’est le supplice, à chaque poussière de neige enlevée pour atteindre la grotte de glace, se substitue une nouvelle couche, comme si la montagne se réparait seule.
Et si la science et la découverte du « dragon » n’étaient qu’un prétexte ? Pour réparer une enfance brisée, pour un trophée qui sortirait Stan de l’ombre. Celle du Commandant, son père, celle d’une mère « aux yeux d’Amérique ». Pour Stan, « aphone (…) depuis l’enfance », cet animal peut lui rendre la voix. Peut-être que le réconfort surgira des profondeurs, d’un fossile dormant depuis cent millions d’années et un jour. D’un retour aux origines du monde.

Virginie Mailles Viard

Cent millions d’années et un jour
de Jean-Baptiste Andréa
L’Iconoclaste, 310 pages, 18

Le Matricule des Anges n°206 , septembre 2019.
LMDA papier n°206
6.50 €
LMDA PDF n°206
4.00 €