La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre J’ai trop d’amis de David Lescot

mars 2020 | Le Matricule des Anges n°211 | par Laurence Cazaux

J’ai trop d’amis

En 2014, David Lescot publiait J’ai trop peur. Le calvaire d’un jeune garçon qui va gâcher ses vacances d’été par peur de son passage en sixième. Une pièce pleine d’humour, conçue comme un compte à rebours jusqu’au jour J de la rentrée, mettant en jeu quelques personnages savoureux, dont la petite sœur de 2 ans et demi au charabia mémorable. Certaines des répliques de la pièce sont devenues cultes dans les cours de récréation des écoles primaires où les enseignants avaient lu ce texte en classe ! Six ans après, David Lescot imagine donc la suite, J’ai trop d’amis. Nous retrouvons notre jeune héros exactement là où nous l’avions laissé, lors de sa première heure au collège où, catastrophe, il se retrouve seul dans sa classe de 6e D, sans aucun copain de primaire à qui se raccrocher. Avec, en plus, un garçon super populaire à qui tout le monde veut plaire, Clarence. Et pire que tout, il est l’un des rares à ne pas posséder de téléphone portable. La pièce s’étale sur deux mois, jusqu’aux vacances de la Toussaint, le temps pour le collégien d’imaginer comment surmonter les conflits.
J’ai trop d’amis évoque avec beaucoup de tendresse ce qui se joue de complexe lors de ce passage au collège : les rapports de domination entre « populaires » ou « intellos », la peur de se singulariser, comment avoir une bonne réputation, le trouble naissant dans les rapports garçons-filles et les situations absurdes que provoque la communication via le téléphone portable quand il semblerait plus simple de se parler pour de vrai. Le personnage de la petite sœur prend beaucoup plus de place, elle est entrée en maternelle il faut dire. Elle parle toujours dans sa langue approximative et a tendance à voler la vedette à son grand frère, qui paraît presque dépassé par cette jeunesse à certains égards beaucoup plus dégourdie que lui. La pièce est drôle, dans la droite lignée de la précédente, même si elle peut paraître moins surprenante. Mais ne gâchons pas le plaisir avec cette minisaga sur le rituel de passage que représente l’entrée au collège.
L. C.

Heyoka jeunesse/Actes Sud-Papiers,
62 pages, 10

J’ai trop d’amis de David Lescot Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°211 , mars 2020.
LMDA papier n°211
6.50 €
LMDA PDF n°211
4.00 €