La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Carnets de prison ou L’oubli des rivières

mars 2020 | Le Matricule des Anges n°211 | par Dominique Aussenac

Carnets de prison ou L’oubli des rivières

Elles sont folles les villes. Elles te happent, t’empastèguent ! Si la Méditerranée a inventé la tragédie, Marseille a le génie de la camoufler derrière la bonhomie, la verve, la galéjade, l’hypertrophie… Stéréotypes populaires agaçants pour certains, pas pour ses minots. Enfant des rues, René Frégni en a reçu la lumière, la grâce, la force lui permettant de célébrer la beauté du monde. Lorsque son éditeur lui propose de pousser un cri (aux côtés d’Erri de Luca, Pierre Bergounioux ou Danièle Sallenave dans la nouvelle collection « Tracts »), Frégni se remémore tous ceux proférés contre l’injustice depuis que sa mère lui a lu Le Comte de Monte-Cristo. Son père a connu la prison sous l’occupation allemande. Lui, pour désertion, a fait six mois de trou. Sous la houlette d’un objecteur de conscience, il découvre la lecture. « Mon enfance fut peuplée de vols, de révolte, de petits mensonges et de solitude. Ma vie, dès ce cachot, fut peuplée de mots, de sentiments, d’espoir. Sous chaque mot se cachait une émotion. » Bouleversé par la photo du Che criblé de balles, il déserte, avec de faux papiers, parcourt le monde. À 39 ans, il publie un premier ouvrage où il évoque la prison militaire. On lui suggère d’animer des ateliers d’écriture dans les geôles de Marseille. « Je crois que toute la littérature est là. Elle nous permet de retrouver ou de découvrir les régions les plus écartées, les plus ténébreuses de nous-mêmes. » Aujourd’hui, il y a vingt-cinq ans qu’il délivre avec des mots et de l’amour… un cri authentique. Magnifique.
Dominique Aussenac

Carnets de prison ou L’oubli des rivières, de René Frégni
Tracts Gallimard N°11,
48 pages, 3,90

Le Matricule des Anges n°211 , mars 2020.
LMDA papier n°211
6.50 €
LMDA PDF n°211
2.00 €