La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Ô joli chardonneret

juillet 2020 | Le Matricule des Anges n°215 | par Yann Fastier

Une enquête journalistique à la recherche d’un oiseau devenu symbole de l’Algérie tout entière.

La Mélancolie du maknine

Le maknine, en Algérie, c’est le chardonneret, et c’est l’autre nom de la passion. Prononcez ce mot devant un Algérien et vous verrez ses yeux s’allumer. Car ce joli passereau bariolé de rouge, de jaune et de noir fait l’objet d’un véritable culte de l’autre côté de la Méditerranée, où ce sera à qui « écolera » le mieux son oiseau, c’est-à-dire lui apprendra le plus beau chant, le plus pur, le plus complexe, au moyen de cassettes ou de CD qui se repassent de main en main. En effet, le chardonneret, comme d’ailleurs la plupart des oiseaux, n’acquiert pas son chant de manière innée mais par apprentissage et imitation. Il y aura donc des chants caractéristiques de telle ou telle région, comme il y a, par exemple, des accents régionaux. Ainsi peut-on dire que le chardonneret, chantant le paysage dans lequel il a grandi, « expectore un territoire sonore ».
Mais le plus surprenant, c’est la relation qu’entretient chaque « éleveur » avec son maknine. Une relation presque amoureuse, prenant le pas sur tout le reste, famille, travail et amis, au point de véhiculer un symbolisme richement stratifié, du plus intime au plus universel : ainsi, pour le grand chanteur de chaâbi Mohamed El Badji, le maknine devient-il, pendant la guerre de libération, le symbole même d’une liberté encagée et son chant, selon l’un des interlocuteurs de Seham Boutata, « en quelque sorte notre hymne national  ».
Universelle, nationale et pourtant restreinte : car le maknine est une affaire d’hommes, encore une fois, d’où les femmes se trouvent exclues de façon plus ou moins explicite. Est-ce un dérivatif, une façon pour les garçons d’exprimer un trop-plein de sentiments dans une société très corsetée sur ce point ? Ou bien, comme le dit une amie de l’auteure : « Ma théorie c’est que les hommes algériens, quand ils aiment bien les petites choses fragiles, ils aiment bien les foutre en cage. »
C’est donc en tant que femme, née en France de parents algériens et syriens, que Seham Boutata interroge un phénomène mal connu sous nos latitudes et sous tous ses aspects, y compris les plus personnels, ceux qui la rattachent à l’histoire d’un pays qu’elle n’est jamais tout à fait parvenue à considérer comme le sien. Et c’est peut-être aussi ce léger décalage, si propice aux étonnements de toutes sortes, qui lui permet, à travers le maknine, de dresser le portrait à la fois critique et bienveillant d’un pays profondément marqué par deux guerres, gangrené par la corruption des élites et l’immobilisme du pouvoir militaire, mais aussi soulevé par l’espérance du hirak, ce mouvement populaire qui, chaque vendredi, fait défiler tout un peuple depuis des mois.
Très journalistique dans sa forme (il est issu d’enquêtes radiophoniques et cela se sent), La Mélancolie du maknine n’est guère porteur de grandes ambitions littéraires. Faire entrer toute l’histoire récente de l’Algérie dans une boule de plumes et quelques notes n’en constitue pas moins un tour de force qui vaut bien des romans.

Yann Fastier

La Mélancolie du maknine,
de Seham Boutata
Seuil, 200 pages, 18

Ô joli chardonneret Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°215 , juillet 2020.
LMDA papier n°215
6.50 €
LMDA PDF n°215
4.00 €