La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Un garçon sur le pas de la porte

juillet 2020 | Le Matricule des Anges n°215 | par Virginie Mailles Viard

Un garçon sur le pas de la porte

La vie de Micah Mortimer est faite d’une multitude de petits riens, mais c’est une routine très précise et orchestrée. Il dirige seul son entreprise d’informatique – parce que « l’informatique c’était oui ou non, noir ou blanc, aussi logique et ordonné qu’un jeu de dominos » –, et sort courir à l’aube quand les rues de Baltimore sont vides. On comprend rapidement que l’impact d’un virus planétaire lui échapperait, et que le silence continu du monde ne serait qu’un prétexte de plus pour vaquer à de nouvelles «  occupations » : passer l’aspirateur, jouer plus souvent à Spider Solitaire. Micah se croit heureux… Mais, sourd aux appels à une vie commune que lui lance Cass, elle le quitte. Et voilà Brink, le fils d’un ancien flirt, qui débarque. Plus la vie chronométrée de Micah se déplie, sous la plume pointilleuse d’Anne Tyler, plus la tension monte : où va tout cet édifice ? Micah, prompt à critiquer les autres, empreint d’un machisme ordinaire – ce qu’il aime chez Cass, c’est son air « de mère de famille respectable » – est pris en étau : l’indépendance et la solitude, ou la sécurité, le couple – « une complication » –, la famille… ? Il faudra attendre l’incroyable scène de repas familial qui se déroule dans un chaos monumental, pour saisir les rouages qui régissent l’univers de Micah.
Aussi douée à nous faire toucher le vide qu’à nous ensevelir sous le trop-plein, Anne Tyler dresse un portrait subtil de la famille américaine. Celle que John Updike décrivait comme « méchamment bonne », et dont il louait la « merveilleuse perversité  » a fait de la middle class et de son quotidien, le centre de ses romans. Anne Tyler est une immense romancière, par son œuvre – dont un prix Pulitzer pour Leçons de conduite – et par son regard tendre mais sans concession sur l’American way of life. Ainsi Ada, une de sœurs de Micah, qui tout en servant le dessert au milieu des cris des enfants, délivre sa vision découragée de l’existence : « d’autres en déduisent que, bon, visiblement, la vie est une vraie pagaille, c’est comme ça ».

Virginie Mailles Viard

Un garçon sur le pas de la porte, d’Anne Tyler
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Cyrielle Ayakatsikas,
Phébus, 170 pages, 18

Le Matricule des Anges n°215 , juillet 2020.
LMDA papier n°215
6.50 €
LMDA PDF n°215
4.00 €