La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Rouge sang

septembre 2020 | Le Matricule des Anges n°216 | par Valérie Nigdélian

Et Mimì pense qu’il va les tuer tous. Tous, s’ils ne partent pas, s’ils ne partent pas d’ici, s’ils ne le laissent pas seuls, dans ce salon, Mimì va faire un carnage, il va les tuer tous. » Mimì, c’est le chef local de la Sacra Corona Unità, une organisation mafieuse située dans la région des Pouilles. Et s’il est si furieux, c’est que ce salon abrite un cercueil, et que dans ce cercueil repose le corps disloqué de son fils de 15 ans, après une chute de sept étages. Son Michele suicidé, il va donc lui falloir se venger. Entrée en matière diablement efficace et accrocheuse, comme l’est la narration tout au long des 200 pages qui suivent. La langue, obsessionnelle, tourne en boucle autour de cette « unique pensée – l’unique, concrète », prête à restituer une violence qui ne demande qu’à exploser – et qui ne s’en prive pas d’ailleurs. Tous les ingrédients sont donc réunis pour faire de ce premier roman de l’Italien Andrea Donaera un livre choc. C’est le cas, au moins en partie, au moins au début : difficile de ne pas être happé par cette descente aux enfers autodestructrice où « une bête blessée trop fort » cherche un impossible apaisement dans le sang et dans cette « peur très belle » qu’elle suscite dans les yeux de ses victimes. Pour autant, le texte bascule bientôt dans une atmosphère grand-guignolesque quand, à la vengeance, s’ajoute une folie meurtrière tous azimuts : Mimì dézingue ses propres acolytes (strangulation, corps réduit en bouillie sous une voiture), sa femme (balle dans la tête) et la jeune fille qui a éconduit son fils (brûlée à l’acide), avant de finir lui-même quasiment décapité par le fils de sa femme qui a couché avec sa propre sœur (vous suivez ?). Car oui, ce n’est pas fini, à ce repas déjà bien chargé s’ajoutent encore l’inceste (entre frère et sœur donc) et l’enfance abusée (visiblement une tradition familiale). On finit donc la lecture légèrement barbouillé. Mais – et c’est le signe que tout n’est perdu –, on la finit quand même. On peut néanmoins espérer un deuxième essai plus diététique.

Valérie Nigdélian

Je suis la bête, d’Andrea Donaera
Traduit de l’italien par Lise Caillat
Cambourakis, 216 pages, 20 

Rouge sang Par Valérie Nigdélian
Le Matricule des Anges n°216 , septembre 2020.
LMDA papier n°216
6.50 €
LMDA PDF n°216
4.00 €