La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Hourra l’Oural encore, de Bernard Chambaz

octobre 2020 | Le Matricule des Anges n°217 | par Yann Fastier

Hourra l’Oural encore

Fort d’un tropisme assumé pour la chose russe, Bernard Chambaz a donc fait l’Oural. Se plaçant à juste distance d’un Aragon en pleine extase stalinienne, il livre ici son propre Hourra l’Oural en forme de journal de voyage. En compagnie de son « amoureuse » (sic) et en deux fois – un coup l’hiver, un coup l’été – il sillonne à pied, en train et en voiture cette barrière montagneuse dont on a souvent voulu faire la frontière ultime de l’Europe. Un voyage, ce sont des paysages, des rencontres et des livres.
Le paysage, ce sera d’abord la paradoxale fascination pour la grande plaine russe enneigée vue d’un train. « Dans le bonheur de la monotonie, j’ai décelé un mobile du voyage », avoue d’emblée l’auteur qui, prudent, n’en cumule pas moins de plus objectifs, entre la mémoire du Goulag, les frasques de jeunesse du singulier personnage que fut Boris Eltsine, le site archéologique controversé d’Arkaïm ou les mystères de l’expédition Dyatlov (neuf randonneurs chevronnés retrouvés morts dans des conditions inexplicables, pour avoir succombé à une « force irrésistible » d’origine inconnue).
Les rencontres, ce sont les Russes, au hasard des visites et des compartiments. Des Russes tels qu’on les imagine, sans demi-mesure, parfois étonnamment rogues, le plus souvent généreux et accueillants.
Les livres, enfin, ce sera Aragon, bien sûr mais aussi Chalamov et, surtout, Pasternak, dont le Dr Jivago hante encore les villes de l’Oural et dont la datcha, dans le « village des écrivains » de Peredelkino, témoigne encore de « ce privilège, saugrenu et calamiteux, qui condamnait les écrivains à vivre entre eux ».
Soyons honnête : le récit de ce périple n’atteint pas, tant s’en faut, la puissance d’émotion de Retour sur le Don de Mario Rigoni Stern (voir page 40). Mais on n’est pas non plus tout à fait chez Arts et vie, la modestie de l’auteur et la distance légère du ton palliant allègrement sa criante absence du front russe en 43.

Yann Fastier

Hourra l’Oural encore
Bernard Chambaz
Paulsen, 173 pages, 19,50

Hourra l’Oural encore, de Bernard Chambaz Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°217 , octobre 2020.
LMDA papier n°217
6.50 €
LMDA PDF n°217
4.00 €