La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Ma langue dans ta poche

novembre 2020 | Le Matricule des Anges n°218

Ma langue dans ta poche

La pièce raconte la rencontre de Loubia, une adolescente tellement bavarde qu’elle parle à sa trousse, ses crayons, sa gomme, la porte, la fenêtre et même les murs, parce qu’ils ont des oreilles, et Louis, un que la parole abandonne, un mutique. Silencieux pendant toute la durée du texte, cabossé par la vie sans que l’on sache vraiment pourquoi, Louis arrivera à se faire entendre grâce à Loubia.
La pièce est écrite dans le flux de la parole de cette dernière, ça fuse, ça jaillit, ça s’offusque, les sentiments galopent. Loubia fait parler tous les autres de la classe comme une vraie conteuse, les mots explosent comme un feu d’artifice. C’est comme un journal intime en vingt-cinq séquences, qui se termine le jour où Loubia est devenue silencieuse. Et oui ! Parce qu’étant l’exact opposé d’elle, Louis fascine Loubia. Aussi seuls l’un que l’autre, ils vont finir par s’apprivoiser. Ils vont devenir le ferment qui permettra à l’autre de passer outre ce qui l’empêche. Loubia va ainsi se révolter contre son frère aîné, contre sa mère qui lui demande de se conformer au rôle traditionnel d’une fille, contre le regard tellement normatif des autres au collège. Une jolie pièce d’émancipation via une histoire d’amour naissante. Le plus réjouissant ici, c’est la vigueur et la fantaisie de la parole de Loubia. C’est un hommage au pouvoir des mots, avec cette langue qui donne envie de danser ou d’envoyer valser les contrariétés. Fabien Arca nous pose cette question : « Dans les histoires/ Il y a parfois/ Des formules magiques/ Qui ouvrent des portes/ Qui permettent de traverser/ Les murs. (…)/ Le pouvoir des mots qui sont magiques/ C’est dans les histoires…/ Mais est-ce que c’est aussi dans la vraie vie ? » Allez, rêvons un peu que les mots permettent aussi dans la vraie vie de traverser les murs, de transformer le silence en plénitude et d’empêcher, un peu, de la violence du monde.

L.C.

Ma langue dans ta poche
Fabien Arca
Éditions espaces 34, « Théâtre jeunesse »,,80 pages, 7

Le Matricule des Anges n°218 , novembre 2020.
LMDA papier n°218
6.50 €
LMDA PDF n°218
4.00 €