La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Victor Segalen
Le verbe à cheval

mars 2021 | Le Matricule des Anges n°221 | par Emmanuel Laugier

L’énergie que Victor Segalen déploya pour endurer la traversée des territoires inconnus de l’Orient fut égale à celle mise dans sa propre traversée de l’écriture. Une Équipée absolue dont témoignent les poètes Christian Doumet et Alexis Pelletier.

Segalen, poète de l’étoilement, agença durant sa courte vie les savoirs, les faisant rayonner en poétique, celle du Divers, comme celle d’une pensée de l’exotisme loin de toute complaisance aux habitudes coloniales d’alors. À chacune de ses expéditions, dans le Pacifique ou en Orient, il risquait d’épuiser son corps « expéditionnaire », mais pour en appeler celui, impalpable, imperceptible, et à venir, d’une écriture au squelette luminescent. La pugnacité, la persévérance et la recherche d’une joie conquise sur le pays du réel redéfinissent par rebond celles de l’imaginaire, l’espace du dedans et du dehors s’enchevêtrant inexorablement. La tâche que Segalen vouait à l’écriture la conduisait à devenir l’instrument immanent d’un rapport au monde que l’imagination seule n’aurait pu rendre à son exactitude. La traversée d’un « infini turbulent  » (Michaux), Christian Doumet et Alexis Pelletier l’exposent jusqu’à dire la tresse d’épreuves (d’angoisses et de joies) que la vie de Segalen ne cessa de démêler et d’appeler à soi.

Christian Doumet et Alexis Pelletier, comment avez-vous, l’un et l’autre, rencontré cette œuvre ?
Christian Doumet : C’est Jean-Pierre Richard, alors mon directeur de thèse, qui en 1977 m’a suggéré de travailler sur Segalen. Il préparait alors les magnifiques pages qu’il lui a consacrées dans Pages Paysages.
Alexis Pelletier : J’ai découvert l’année de ma terminale Segalen, tout juste après le surréalisme et surtout André Breton. J’avais été profondément marqué par Clair de terre. J’étais curieux d’autre chose. Je suis tombé assez vite sur Pierre Jean Jouve. Et il se trouve que Jouve avait préfacé une édition de Segalen, qui comprenait Stèles, Peintures et Équipée. J’ai l’impression aujourd’hui que Segalen dépasse de loin ce qui peut séduire un adolescent ou un jeune adulte, l’image un peu romantique que le cliché du créateur véhicule. Quoi qu’il en soit, je suis toujours revenu de manière très régulière à Segalen. Au moment où je deviens professeur de français, le hasard veut d’ailleurs que ma tutrice soit Marie Dollé, l’une des spécialistes de Segalen.

Quelle sorte de saisie cette œuvre a-t-elle opérée sur vous ?
A. P : Je crois que c’est une œuvre qui m’a dérouté, qui m’a appris à aimer être dérouté. Je découvre progressivement les livres édités par Fata Morgana ou par les éditions Rougerie, particulièrement la première édition des Imaginaires chez Rougerie. Ce qui est le plus marquant pour moi, c’est l’impression qu’il y a toujours, simultanément, un grand sérieux et une mise à distance de ce sérieux. L’impression que l’écriture mêle intimement le récit et une sorte de lyrisme, tout en prenant ses distances avec ce qui la constitue. L’écriture de Segalen se remet en cause au fur et à mesure de son développement, comme celles de Michel Butor, Claude Ollier, Henri Michaux que je découvre alors. J’ai appris par la suite l’amitié entre Debussy et le jeune Segalen, assez troublé,...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°221
6,00 €
LMDA PDF n°221
4,00 €