La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Inventions du souvenir

juin 2021 | Le Matricule des Anges n°224 | par Guillaume Contré

Inventions du souvenir

Une histoire que j’appelle prénatale, écrite presque en vers, mais qui n’est pas un poème. Il s’agit d’un livre où prédomine mon instinct. » C’est ainsi que Silvina Ocampo présente le curieux objet littéraire que sont ces Inventions du souvenir. Pas tout à fait un poème, effectivement, puisque ce long récit qui cherche à générer chez le lecteur des images (celles, insaisissables, d’impressions fugaces, comme ressurgies du plus lointain de l’enfance) prétend moins à la charge lyrique ou sémantique du mot qu’à l’immédiateté « naïve » d’une évidence. Non pas reconstruire péniblement, mais retrouver le regard des premières années, où tout est surprise, devinette, étonnement, perplexité. Publiés de façon posthume, ces vers simples s’organisent en épisodes plus ou moins linéaires, en séries de scènes : « Ce qui manque aux souvenirs d’enfance c’est la continuité :/ les souvenirs sont comme des cartes postales,/ sans dates,/ que l’on change capricieusement de lieu ». Ils ont quelque chose d’intime, de presque privé, qu’il faut rattraper, car « quelque chose s’interrompt et s’arrête pour toujours ». Rien d’impudique, pourtant dans ce long proto-poème qui n’a rien d’une confession. C’est une invitation plutôt : « Ce qui aujourd’hui lui est si familier/ peut ne pas l’être pour les gens/ qui vivent très loin », « à quoi bon inventer !/ Plus étrange est ce qui est réel ». Comme dans ses nouvelles où se déploie un fantastique quotidien, peuplé de petites filles parfois perverses, l’enfance que propose ici Silvina Ocampo est ce moment où le monde est perçu pour ce qu’il est, étrange et inquiétant : « Nul ne sait qu’au fond de la citerne/ il y avait une tête plus nette que la sienne,/ une gorge qui répondait à ses cris :/ Quoi ? Quoi ? Quoi ?/ une main tendue/ qui attrapait les pierres interdites qu’elle lançait ». Ce livre insolite et sensible peut aussi se lire comme une tentative par l’auteure de revenir aux sources de sa propre singularité : « Comment aurait-elle pu, dans cette liste/ de péchés arbitraires, trouver le sien,/ personnel et subtil,/ si opposé aux manières de ses proches ».

Guillaume Contré

Inventions du souvenir,
Silvina Ocampo
Traduit de l’espagnol (Argentine) par Anne Picard
Des femmes, 192 pages, 16

Le Matricule des Anges n°224 , juin 2021.
LMDA papier n°224
6,00 €
LMDA PDF n°224
4,00 €