La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Guillaume Contré

Message Envoyer un message

Guillaume Contré

Articles

Pages du Journal d’un fou

de Nicolas Gogol
Coup de foudre à Saint-Pétersbourg Une nouvelle traduction est l’opportunité de relire un texte fondateur, première expression littéraire de l’aliénation du travail bureaucratique. J’exige de la nourriture – de cette nourriture qui rassasierait et réjouirait mon âme », s’exclame à un moment donné le « fou » que Nicolas Gogol invente en 1835 pour qu’il incarne une figure alors peu abordée par la littérature, celle du rond-de-cuir à la vie terne, une sorte d’enterré vivant qui trouvera plus tard, chez Kafka ou Walser, une vie littéraire intense. Ce hiatus entre la vie menée et les aspirations (forcément immenses, forcément frustrées) fait toute la force et la modernité de cette nouvelle classique. La vie du pauvre fonctionnaire, dont le plus grand fait d’armes, le...
juillet 2021
Le Matricule des Anges n°225

Brás, Bexiga et Barra Funda (informations de São Paulo)

de António de Alcântara Machado

Scènes de la vie pauliste

Figure du modernisme des années 20, le Brésilien Alcântara Machado recrée, sans fioritures, la vie populaire des Italiens émigrés à São Paulo. Les traductions publiées par un traducteur ne sont que la partie émergée d’un dense réseau d’écrivains qu’il lit et admire, qui nourrissent sa pratique ou que sa pratique même l’amène à découvrir. Malheureusement, le monde de l’édition ne sait pas ou ne peut pas toujours tirer profit de cette connaissance de première main d’une littérature et d’une culture données. Il ne reste alors au...
juillet 2021
Le Matricule des Anges n°225

Invitation à des orages d’été

de Reinhard Lettau

Miroirs déformants

Les nouvelles de Reinhard Lettau sont peuplées de personnages extravagants qui poussent leurs obsessions jusqu’aux derniers retranchements. Le réel est la plus belle des machines. Il contient tout et rien ne lui échappe. Quoi que l’on fasse, le monde continue de tourner, et nous avec. C’est peut-être pour cette raison qu’il est parfois difficile de résister à l’envie de le faire dérailler jusqu’à l’absurde, ou d’aller débusquer dans ses recoins les moins transités la matière même du merveilleux – lequel, bien souvent, se révèle...
juin 2021
Le Matricule des Anges n°224

Le Tilleul

de César Aira

Esquisses musicales

de César Aira

L’art de la mémoire

Avec deux récits en partie autobiographiques, César Aira fait de l’enfance la source de toutes les fantaisies et de son village un espace légendaire. Bourgois publiera désormais chaque année plusieurs titres de César Aira, écrivain prolifique s’il en est (plus de 110 livres à ce jour en espagnol), dans une collection au graphisme dédié. Cela commence par la sortie conjointe de deux récits écrits à plus de vingt ans d’intervalle, Le Tilleul et Esquisses musicales, lesquels s’inscrivent dans un cycle où l’auteur reconstruit l’atmosphère...
juin 2021
Le Matricule des Anges n°224

Jusep Torres Campalans

de Max Aub

Max Aub ou la vie imaginaire

Réédition d’un livre majeur de l’écrivain espagnol, où il décrit par le menu la vie et l’œuvre d’un étrange peintre catalan, catholique et anarchiste, qui finira par préférer le farniente chez les Indiens du Chiapas. Pour quelques mystérieuses raisons, on ne retient de Max Aub en France qu’un petit précis d’humour noir, ses Crimes exemplaires, maintes fois réédités. Le reste de son œuvre, à commencer par son cycle monumental sur la guerre d’Espagne, Le Labyrinthe magique (entièrement traduit il y a une dizaine d’années chez Les Fondeurs de briques), reste largement ignoré. C’est peut-être dû en partie à...
mai 2021
Le Matricule des Anges n°223