La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Guillaume Contré

Message Envoyer un message

Guillaume Contré

Articles

Jusep Torres Campalans

de Max Aub
Max Aub ou la vie imaginaire Réédition d’un livre majeur de l’écrivain espagnol, où il décrit par le menu la vie et l’œuvre d’un étrange peintre catalan, catholique et anarchiste, qui finira par préférer le farniente chez les Indiens du Chiapas. Pour quelques mystérieuses raisons, on ne retient de Max Aub en France qu’un petit précis d’humour noir, ses Crimes exemplaires, maintes fois réédités. Le reste de son œuvre, à commencer par son cycle monumental sur la guerre d’Espagne, Le Labyrinthe magique (entièrement traduit il y a une dizaine d’années chez Les Fondeurs de briques), reste largement ignoré. C’est peut-être dû en partie à sa condition, si l’on peut dire, « d’apatride » : né français d’un père allemand, il devient espagnol à l’adolescence, connaît la douloureuse expérience des camps français à la fin de la guerre civile...
mai 2021
Le Matricule des Anges n°223

Hotel Andromeda

de Gabriel Josipovici

L’artiste et sa solitude

Avec son élégance habituelle, Gabriel Josipovici tente une nouvelle fois de mettre le doigt sur ce qui fait la grâce si particulière du créateur. Josipovici aime les créateurs excentriques, ceux qui, loin des modes et parfois même du monde, réalisent patiemment une œuvre auto-suffisante mais pas nécessairement autiste pour autant ; une œuvre, plutôt, qui invente ses propres règles comme une façon de faire face à une vie pas toujours facile. Une manière, pour ainsi dire, de trouver une place. Il y a peut-être, dans cette vision de...
avril 2021
Le Matricule des Anges n°222

Arthur Cravan, la terreur des fauves

de Rémy Ricordeau

Arthur Cravan, le poète immodéré

Un recueil mélangeant documents, correspondance amoureuse et biographie est l’opportunité de redécouvrir la vitalité et la pertinence d’une figure fondamentale du pré-dadaïsme. Dans l’histoire de la boxe, on connaît la place particulière réservée à Arthur Cravan, le poète-boxeur », celui qui affronta « el gran Jack Johnson, campeón del mundo » lors d’un combat plus ou moins truqué à Barcelone en 1916 (qu’il perdit), celui encore dont « personne n’ignore le goût poétique pour les coups de poing, réels ou littéraires, qu’il pouvait asséner aux écrivains ou aux...
avril 2021
Le Matricule des Anges n°222

Les Bâtardes

de Arelis Uribe

Réalité partielle

En une série de brèves narrations, Arelis Uribe fait un portrait acide du Chili, dont l’apparente prospérité n’est qu’un leurre. En huit nouvelles courtes qui sont autant de récits de formation, écrites dans une langue minimaliste et directe, Arelis Uribe raconte le Chili de son adolescence, celui des années 90. C’est du point de vue de la petite classe moyenne qu’elle le fait, cette majorité qui n’a guère voix au chapitre dans un pays ultra-libéral dont la prétendue solidité économique (héritage douteux des années...
mars 2021
Le Matricule des Anges n°221

L' Extinction des espèces

de Diego Vecchio

Visite guidée

L’Argentin Diego Vecchio réinvente sous la forme d’une fable subtile et ironique l’histoire des musées et sonde notre constant besoin de conserver sous vitrine les traces du passé. Cela commence par une histoire d’héritage, ou plutôt par « la naissance d’un fils illégitime », l’un des cent qu’aura essaimés en Angleterre « sir Hugh Percy Smithson, premier duc de Northumbrie ». Le fils en question, James Smithson, lègue sa fortune à sa mort en 1829 pour que soit fondé à Washington « un établissement portant son nom, dédié au progrès et à la diffusion du savoir auprès de...
mars 2021
Le Matricule des Anges n°221