La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Guillaume Contré

Message Envoyer un message

Guillaume Contré

Articles

Le grand théâtre stevensonien L’écrivain écossais fut un rénovateur du genre romanesque, un styliste et un théoricien. Avec Jean-Pierre Naugrette, spécialiste de son œuvre, nous avons exploré la complexité d’un écrivain en butte à la société de son temps, dont les préoccupations sont d’une constante modernité. Jean-Pierre Naugrette est romancier et enseigne la littérature anglaise à l’Institut du monde anglophone de Paris 3. Il a consacré un essai à Stevenson et a traduit plusieurs de ses poèmes, nouvelles et romans dont Le Maître de Ballantrae, qui sera prochainement publié au Livre de poche.  Jean-Pierre Naugrette, qu’est-ce qui vous a amené à l’œuvre de Stevenson ? Que représente-t-il pour vous ? Comme beaucoup, j’ai lu L’Île au trésor quand j’étais enfant. J’avais déjà été frappé alors par des images très impressionnantes, très fortes, dans ce qui n’était pourtant en apparence...
mars 2020
Le Matricule des Anges n°211

L’art de raconter

De l’Écosse aux îles Samoa, Robert Louis Stevenson est de ces écrivains qui auront porté haut et loin les couleurs de l’aventure. S’il est par antonomase le grand conteur de la littérature anglophone du XIXe siècle, il ne faudrait pas oublier la modernité de ses romans, de sa pensée et de son rapport au monde. Toute lecture digne de ce nom se doit d’être absorbante et voluptueuse. Nous devons dévorer le livre que nous lisons, être captivé par lui, arraché à nous-mêmes, et puis sortir de là l’esprit en feu, incapable de dormir ou de rassembler ses idées, emporté dans un tourbillon d’images animées, comme brassées dans un kaléidoscope. » Ces propos de Stevenson, qui ouvrent son essai À bâtons rompus...
mars 2020
Le Matricule des Anges n°211

Pierre Sky l’enchanté

de Sébastien Smirou

Chant-contre-chant - Fonctions de la chanson dans les films de Nanni Moretti

de Pierre Sky

Mélancolie cinéphile

Deux livres fonctionnant en parallèle, entre fiction et essai, se penchent sur les chansons dans les films de Nanni Moretti et plus largement sur cet étrange baume au cœur qu’est la mélodie populaire. Un livre peut en cacher – ou en dévoiler – un autre. » Deux livres, signés de deux auteurs qu’on pourrait croire différents, publiés à quelque mois d’intervalle par le même éditeur, tendent de l’un à l’autre des ponts sensibles et réflexifs. Le premier, Chant-contre-chant, signé par un certain Pierre Sky, est un essai tout en finesse et digression sur la place du chant dans les films de Nanni...
février 2020
Le Matricule des Anges n°210

Bâiller devant Dieu

de Iñaki Uriarte

Diariste insoumis

Une sélection des trois volumes du journal d’Iñaki Uriarte est l’occasion de découvrir une personnalité attachante, revendiquant sa liberté comme sa paresse. Ni “esprit de sacrifice”, ni “soif de dépassement”, ni “aspiration à l’excellence”. Ni de respect ou de sympathie quelconque pour ce genre de choses. » Le Basque Iñaki Uriarte n’est certainement pas de ces diaristes qui aiment étaler en couches épaisses leur ego sur les longues tartines qu’ils rédigent quotidiennement. Il appartiendrait plutôt, comme le propose avec justesse dans sa préface...
janvier 2020
Le Matricule des Anges n°209

Dans la nuit du 4 au 15

de Didier da Silva

Télescopages temportels

Tous les jours sont un même jour et une infinité d’autres, ce que démontre Didier da Silva dans un almanach où les époques, les anecdotes, les naissances et les morts ne cessent de se croiser. On peut organiser le temps en belles lignes droites, faire de la succession des jours une avancée inébranlable, sans soubresauts ni passe-droits, le mercredi succédant au mardi, mars à février et le XXIe siècle au XXe. Qu’il soit des postes ou chinois, richement illustré ou froidement pratique, le calendrier est implacable, il impose sa loi à la vie des hommes. On peut, pourtant, le...
janvier 2020
Le Matricule des Anges n°209