La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Arno Bertina

A propos

Bondir hors du rang Dans son cinquième roman (et seizième livre), Des châteaux qui brûlent, Arno Bertina allume la mèche d’une insurrection et libère des paroles singulières au cœur d’un collectif à inventer. Revigorant. Pascal Montville est secrétaire d’État d’un gouvernement mis en place par un Président autoproclamé « ennemi de la finance » qu’il sert pourtant. Mais Pascal Montville est réellement de gauche (on est ici dans une fiction) et porte en lui des projets de transformation de la société pour plus de justice, plus d’écologie, plus d’humanité. Il revient à l’abattoir de poulets de Châteaulin, en Bretagne, dont les ouvriers attendent de savoir quel sort leur réserve le tribunal de commerce. Et l’inattendu arrive. Les ouvrières et ouvriers présents décident de séquestrer le ministre....
septembre 2017
Le Matricule des Anges n°186

Écriture (é)mouvante

Fascinant dans sa construction, « Anima Motrix » ouvre constamment de nouvelles formes de narrations. La mécanique du mouvement qui le gouverne permet d’explorer notre monde en profondeur. Il y a de très belles scènes dans le nouveau roman d’Arno Bertina. Des moments de grâce, burlesques parfois, tenus par des phrases dont on se demande s’il est possible qu’elles aient été écrites ailleurs. Qu’on se prend parfois à regarder simplement, à ne même plus lire, juste essayer de voir quel genre d’aquarium elles sont, où si elles ne sont pas plutôt des sculptures. Beaucoup de ces...
novembre 2006
Le Matricule des Anges n°78

Cap au dehors

En jouant de la syntaxe et des polyphonies, Arno Bertina rassemble les échos d’un réel qui s’en trouve enrichi. Et débusque la beauté d’être hors de soi. L’homme est habité par l’écriture. Dans son petit appartement dont le loyer lui permet de se consacrer à une œuvre d’ores et déjà complexe, Arno Bertina ne rate pas une occasion de parler des questions qui se posent à lui dès qu’il veut écrire, c’est-à-dire quotidiennement. Si trois livres paraissent ces jours-ci, Anima Motrix, sur lequel il dit avoir travaillé chaque jour pendant trois ans...
novembre 2006
Le Matricule des Anges n°78

Ouvrages chroniqués

L' Age de la première passe
de Arno Bertina
2020
L’écrivain Arno Bertina sort de la fiction pour faire entrer dans nos têtes le monde de jeunes femmes rencontrées au Congo. Elles vendent leur corps pour survivre ; avec elles il a animé des ateliers d’écriture. Les premiers jours, je suis dans la cour du Foyer des filles vaillantes comme Marlène Schiappa dans un gouvernement : je ne sers à rien. Une fois passé les présentations officielles, comment amorcer un vrai dialogue, construire la confiance ? Elles constituent un groupe et je suis seul – on a vite l’air idiot » Ces quelques phrases (qui ne sont pas les premières) amorcent le chemin du livre et son ton : plongé dans un univers étranger, un mundélé français doit se frayer non pas tant sa place qu’une voie, voie d’accès aux autres qui ne vous attendaient pas. Devenir alors à la fois tout...
Chloé Brendlé
mars 2020
Le Matricule des Anges n°211
Le Dehors ou la migration des truites
de Arno Bertina
À 26 ans, Arno Bertina publie un premier roman d’une rare rigueur éthique qui appelle à la colère, l’effarement et l’émotion. De la guerre d’Algérie à Mai 68, l’errance comme une quête du monde d’aujourd’hui. Rarement ces dernières années, un premier roman aura été constitué d’une matière aussi dense que Le Dehors. Par matière, il faudrait entendre ce qui constitue une écriture : pensée, rythme, construction. Mais il faudrait ajouter aussi son objet : la guerre d’Algérie, l’exil intérieur, la solitude absolue, la violence de l’État, la négation de l’autre. Et donc la nécessité avec laquelle s’est écrit (et celle où se lit) ce roman : la colère, la rage, le désir d’appréhender le monde contemporain. La matière de ce livre n’est pas inerte : elle nous bouge, elle nous fait pénétrer des...
Thierry Guichard
septembre 2001
Le Matricule des Anges n°36