La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Arno Bertina
Écriture (é)mouvante

novembre 2006 | Le Matricule des Anges n°78 | par Thierry Guichard

Fascinant dans sa construction, « Anima Motrix » ouvre constamment de nouvelles formes de narrations. La mécanique du mouvement qui le gouverne permet d’explorer notre monde en profondeur.

Il y a de très belles scènes dans le nouveau roman d’Arno Bertina. Des moments de grâce, burlesques parfois, tenus par des phrases dont on se demande s’il est possible qu’elles aient été écrites ailleurs. Qu’on se prend parfois à regarder simplement, à ne même plus lire, juste essayer de voir quel genre d’aquarium elles sont, où si elles ne sont pas plutôt des sculptures. Beaucoup de ces phrases tissent quelque chose qui se trouve dans l’air, ou enfoui dans la conscience du narrateur. Ce sont des phrases sur la peur, le corps, les oiseaux, l’amour.
Il y a une intrigue aussi dans Anima Motrix : on y entre très doucement par le biais d’une voiture (avec ordinateur de bord). Son conducteur est en fuite, on l’apprend dès la fin du premier chapitre qui nous annonce aussi que ceux qui le cherchent ne sont guère pressés de le trouver : « Ils ne semblent pas désirer, pour l’heure, m’avoir sous les verrous. Sans quoi ce serait fait. » La fuite se transforme alors en errance, pour ne pas dire en divagation. Notre homme serait un ancien ministre de l’Intérieur de Macédoine qui aurait fait assassiner six Pakistanais, immigrés clandestins, afin de les faire passer pour des terroristes islamistes et s’obtenir les bonnes grâces des États-Unis. Sordide mise en scène déjouée, et le voilà en fuite.
L’homme est cinglé, c’est entendu. Sur son téléphone portable, il reçoit des appels de sa femme à qui il fait croire qu’il est en voyage, mais comment ne serait-elle pas au courant ? Sa fuite l’éloigne d’elle et parachève une fin annoncée : « Ce qui me parvenait immédiatement c’était cette lassitude tapie au fond des mots qu’elle prononçait. À laquelle il faudrait un jour que nous nous confrontions car elle était à chaque fois plus évidente, se rapprochant comme pour un duel en pleine rue. » Donc elle l’appelle et nous sommes dans le monde moderne : le téléphone possède un écran vidéo et ce que notre homme voit vient tapisser son cerveau. C’est le corps nu de sa femme, croit-il, faisant l’amour à quelqu’un d’autre. Il ne la reconnaît pas cependant : jamais elle ne lui a permis qu’il la contemple nue. Bertina inocule la jalousie dans l’esprit de son lecteur tout en tissant, joliment, une réécriture du mythe de Diane et Actéon. Après qu’Actéon a vu Diane au bain, celle-ci l’a transformé en cerf pour le faire dévorer par ses cinquante chiens. Ici, de voir la nudité de sa femme transforme aussi notre paranoïaque : la folie le met à terre et trouvera sa traduction dans une métamorphose du corps. Durant sa fuite, notre ministre se mutilera le pied, s’abîmera le coude, se transpercera la gorge. Lente dérive d’un corps trop osseux (comme certaines proses ?), qui va s’ouvrir au sang, à la vie, aux muscles.
Anima Motrix raconte, entre autres, cette évolution d’un homme traqué et fou, vers plus d’humanité. L’ancien ministre apprend d’abord à retrouver la vie sauvage, simple, naturelle. Il côtoie un Chinois qui l’épaule, une femme qui lui redonne le goût du...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°78
6.50 €
LMDA PDF n°78
4.00 €