La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Emmanuelle Pagano

A propos

Un monde enfoui Qui n’a pas rêvé devant un lac artificiel à la vie que l’eau a noyée ? Emmanuelle Pagano se penche depuis les rives du Salagou sur l’histoire familiale et celle de toute une vallée. Entamé il y a deux ans avec Ligne & fils, le triptyque de la trilogie des rives d’Emmanuelle Pagano ouvre son deuxième volet avec l’ambitieux Saufs riverains. Nous ne sommes plus le long de la Ligne et de ses moulinages mais plus au sud, au cœur d’une garrigue qui sera un jour noyée sous un lac artificiel, le Salagou. Terres familiales du côté paternel où la vigne et le lait des brebis tiennent toute l’économie d’un pays. L’eau y est une denrée rare, inquiétante quand les orages la déversent avec furie sur les terrasses du Larzac, désirée quand la sécheresse menace la vie des bêtes....
mars 2017
Le Matricule des Anges n°181

Entre les lignes

Adepte du montage cinématographique, du collage et de l’ellipse, Emmanuelle Pagano construit des romans lumineux autour de thèmes sombres et douloureux. Elle s’y dévoile dans la fiction autant que dans la manière avec laquelle elle fait visiter son laboratoire d’écrivain. Si elle expose les coulisses de son écriture sur son blog et si elle accepte volontiers de répondre aux questions sur sa vie et son œuvre, Emmanuelle Pagano précise en préambule qu’elle peut toujours mentir. Pas volontairement : les souvenirs refont parfois à leur sauce la réalité de laquelle ils découlent. La romancière a une parole souvent abrupte, au débit précipité. Si son propos était...
septembre 2008
Le Matricule des Anges n°96

Traces indélébiles

Ce sont quatre monologues de femmes morcelés comme en un puzzle dont le motif n’aurait pas besoin d’être montré pour être vu. C’est d’abord l’épouse d’un riche viticulteur qui s’exprime, en une sorte de monologue intérieur. Elle est enfermée dans la maison de maître où le couple vit sans enfants mais pas sans domestiques. Elle est enfermée dans le rôle que son mari lui impose : tenir sa...
septembre 2008
Le Matricule des Anges n°96

Ouvrages chroniqués

Les Adolescents troglodytes
de Emmanuelle Pagano
2006
Le quatrième roman d’Emmanuelle Pagano est proche d’être un chef-d’œuvre. Habité par la grâce, « Les Adolescents troglodytes » plonge au cœur de la féminité dans un pays d’enfance et de neige. Il va falloir compter sur Emmanuelle Pagano. En 2005, cette jeune romancière découverte en 2002 par les éditions du Rouergue faisait paraître un très sensuel troisième roman Le Tiroir à cheveux (P.O.L). Voici aujourd’hui qu’elle nous livre le plus beau roman qu’il nous a été donné de lire depuis des mois. Il y a quelque chose de lumineux et de doux dans la prose d’Emmanuelle Pagano, et même si, parfois, dans sa façon de circonscrire une scène, on sent la fabrique d’écriture, sa voix nous met toujours comme en présence du monde qu’elle construit. Il y a un regard, d’abord, posé avec une...
Thierry Guichard
février 2007
Le Matricule des Anges n°80
Le Tiroir à cheveux
de Emmanuelle Pagano
2005
Dans un style tout en délicatesses et retenues, Emmanuelle Pagano dévoile la grâce d’une maternité douloureusement précoce. Il est des romans qui font tout de suite, avant tout, une atmosphère. On y entre par les sens, comme en aveugle, on ressent les choses et puis, peu à peu, l’histoire se dévoile par les odeurs, les sons, les couleurs, elle se découvre et on est pris. Emmanuelle Pagano, dans son troisième roman, nous laisse d’abord voir les reflets de l’aube sur la chevelure blonde d’un enfant. Elle nous fait toucher la chaleur d’un printemps dans le sud à laquelle se joint celle de lasagnes aux escargots que la narratrice prépare et qui l’obligent à soulever le haut du pyjama de son fils Titouan « pour...
Thierry Guichard
septembre 2005
Le Matricule des Anges n°66