La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Enrique Vila-Matas

A propos

Voix d'un homme-livre Écrivain catalan, Enrique Vila-Matas qui vient de recevoir le Prix Médicis étranger pour Le Mal de Montano ne revendique qu’une seule nationalité, celle de la littérature. Depuis trente ans, il façonne des machines littéraires au-dessus desquelles plane l’ombre de Kafka et de Borges. En interrogeant le processus même de la création, il propose une lecture radicale du monde. Pour avoir fréquenté ses livres, s’être laissé porter par la folie réconfortante qui les habite, on va à la rencontre d’Enrique Vila-Matas avec l’impression de le connaître un peu. Une connaissance tiraillée, cependant, entre des pôles aussi opposés que l’impertinence joyeuse du « Shandy » de naguère, la gravité du « Bartleby » ou celle du « Montano » d’aujourd’hui. Il s’agit là de quelques-unes des grandes figures que l’écrivain catalan a façonnées au cours d’une œuvre initiée il y a presque trente ans, tout entière vouée à approcher le mystère de la création littéraire. Au moment de...
novembre 2003
Le Matricule des Anges n°48

« Ecrire jusqu’au non-sens »

L’œuvre d’Enrique Vila-Matas livre une critique de plus en plus sévère d’un monde qui soumet la culture au dogme du profit. Rencontre avec un humaniste combatif. De passage à Bordeaux à l’invitation du Carrefour des Littératures, Enrique a déjà un pied dans la tour de Montaigne où il se rendra au lendemain de notre rencontre. Il est en effet un grand admirateur du philosophe et se réjouit d’aller se recueillir dans sa « Librairie ». Inventeur de formes, attentif aux avant-gardes européennes, l’écrivain espagnol vit dans la compagnie des classiques....
novembre 2003
Le Matricule des Anges n°48

Bibliographie

Bibliographie Chez Christian Bourgois Abrégé d’histoire de la littérature portative, 1990 Une maison pour toujours, 1993 Suicides exemplaires, 1995 Imposture, 1996 Enfants sans enfants, 1999 Loin de Veracruz, 2000 Étrange façon de vivre, 2000 ; 10/18, 2003 Le Voyage vertical, 2002 Bartleby & Cie, 2002 ; 10/18, 2003 Le Mal de Montano, 2003 Chez d’autres éditeurs Le Voyageur...
novembre 2003
Le Matricule des Anges n°48

Ouvrages chroniqués

Liste alphabétique des titres


Marienbad électrique
de Enrique Vila-Matas
2015
Lmda N°168 Qans la rétrospective que lui consacre actuellement le Centre Pompidou, Dominique Gonzalez-Foerster a imaginé une chambre dont seul son ami Enrique Vila-Matas aurait l’accès. Celui-ci en retour a écrit un livre dont peut-être seule l’artiste a la clé. Marienbad électrique est le livre de l’amitié entre l’artiste et l’écrivain, il est l’écho de leurs conversations et plus que cela. Comme...
La littérature se perd dans le néant
novembre 2015
Bartleby et compagnie
de Enrique Vila-Matas
2003
Lmda N°105 Truculent et érudit, Enrique Vila-Matas visite les écrivains qui ont dit non, en procédant à une démonstration par l’absurde. Le projet de ce livre (paru en 2002) est annoncé clairement et mené sûrement malgré son allure paradoxale : interroger la littérature là où elle fait défaut, mettre le doigt sur des œuvres inexistantes - non pas parce que perdues ou détruites, mais parce que jamais écrites -, réunir un panthéon d’écrivains négatifs, d’artistes sans œuvre, d’auteurs « agraphiques ». Bref, identifier dans le...
Fantômes littéraires
juillet 2009
Bartleby et compagnie
de Enrique Vila-Matas
2009
Lmda N°105 Truculent et érudit, Enrique Vila-Matas visite les écrivains qui ont dit non, en procédant à une démonstration par l’absurde. Le projet de ce livre (paru en 2002) est annoncé clairement et mené sûrement malgré son allure paradoxale : interroger la littérature là où elle fait défaut, mettre le doigt sur des œuvres inexistantes - non pas parce que perdues ou détruites, mais parce que jamais écrites -, réunir un panthéon d’écrivains négatifs, d’artistes sans œuvre, d’auteurs « agraphiques ». Bref, identifier dans le...
Fantômes littéraires
juillet 2009
Journal volubile
de Enrique Vila-Matas
2009
Lmda N°102 J’ai trouvé un public pour pouvoir parler à ma guise et j’ai commencé par dire que mon rejet d’une identité personnelle (mon désir de n’être personne) n’était pas uniquement une attitude existentielle pleine d’ironie mais plutôt le thème central de mon œuvre. « Tout est dit : lorsque Vila-Matas se fait » diariste volubile ", c’est - comme toujours chez lui - dans la variété de ses humeurs, au...
Journal
avril 2009
Explorateurs de l’abîme
de Enrique Vila-Matas
2008
Lmda N°93 Dans son nouveau recueil de nouvelles, Enrique Vila-Matas explore, en toute ironie, les abîmes conjugués de l’existence et de l’écriture, et où le vertige des échelles le dispute aux symboles. Au commencement de l’écriture il y a cette phrase d’un conte hassidique de Kafka : « Loin d’ici, voilà mon but ! » Impératif auquel se soumettent à la fois Vila-Matas et ses personnages, embarqués dans la même quête hasardeuse qui les conduit tour à tour au café Kubista de Prague, au sommet du Licancabour chercher les âmes du monde, aux Açores dans l’île de Pico, à Barcelone, le long du paseo...
Face au rire de l’abîme
mai 2008
Paris ne finit jamais
de Enrique Vila-Matas
2004
Lmda N°57 Enrique Vila-Matas revient sur ses débuts d’écrivain à Paris dans les années 70. Un récit qui est encore une fois l’occasion d’un questionnement passionnant et décapant sur la création littéraire. Les livres d’Enrique Vila-Matas sont des machines littéraires qui énoncent sous toutes les formes possibles la reconnaissance de l’écrivain envers les œuvres et les auteurs dont il s’est nourri. Œuvres et auteurs qui sans cesse éclairent son regard sur le monde, le prolongent, l’amplifient. La littérature est pour Vila-Matas le moyen de subvertir le réel, de questionner inlassablement les...
Écrire en capitale
octobre 2004