La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Les mots et la mort

janvier 2003 | Le Matricule des Anges n°42 | par Pascal Paillardet

Un écrivain scélérat peut-il composer un livre qui n’accorderait aucune chance de survie à son lecteur ? De quelle nature serait le crime s’il corrompait réellement la chair et le sang par le seule artillerie des mots ? Dans un bref récit, l’écrivain espagnol Enrique Vila-Matas s’exerça en 1975 à cette ébauche d’homicide littéraire. Réfugié à Paris, âgé de 27 ans, le Catalan présenta son projet à Marguerite Duras, sa logeuse, qui s’affirma peu convaincue par les aptitudes criminelles de la prose. Premier roman de Vila-Matas, auteur de l’Abrégé de l’histoire de la littérature portative (1990) et de Bartleby et compagnie (2002), tous disponibles chez Christian Bourgois, ce guet-apens mortel est un labyrinthe qui emprisonne sa proie entre des cloisons de mots. Roman à tiroirs, La Lecture assassine ressemble à ces criminels qui épient et tourmentent leurs victimes avant de leur porter l’estocade. Ce récit compartimenté, aux tentations symbolistes, approche avec des précautions presque maniaques son martyr -le lecteur- qui est imperceptiblement contraint de différer sa découverte du manuscrit meurtrier : une dizaine de pages sibyllines à l’origine de la mort de deux écrivains, Vidal Escabia et Juan Herrera.
Empruntant son vocabulaire à la rêverie des illusions fantastiques et au réalisme des enquêtes policières, ce roman admirablement construit témoigne d’un habile maniement de l’arme -l’écriture- mais effleure sa cible. Admirateur de Kafka, Vila-Matas installe brillamment la menace, suscite l’anxiété et le soupçon, mais le lecteur doute finalement de la nocivité du manuscrit incriminé… Si l’on reste sur sa faim, il faut pénétrer dans cet espace pluriel, ambitieux et étrange, comme dans un univers en devenir. Paradoxalement, cette tentative de mise en mort du lecteur signe l’acte de naissance d’un écrivain.

La Lecture assassine
Enrique Vila-Matas
Traduit de l’espagnol
par Pierre-Olivier Sanchez
Passage du Nord/Ouest
102 pages, 16

Les mots et la mort Par Pascal Paillardet
Le Matricule des Anges n°42 , janvier 2003.
LMDA PDF n°42
4,00 €