La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Guy Goffette

A propos

Goffette prend la prose Poète d’un désespoir amendé par la naïveté, Guy Goffette publie à 54 ans son premier roman. Rencontre avec un bluesman mélancolique, amoureux des partitions ouvertes. Trente ans après l’inauguration de son oeuvre de tisseur, attestée par le recueil Quotidien rouge édité en 1971, le poète Guy Goffette publie un « vieux premier roman » : Un été autour du cou. L’écrivain l’avoue : cette prose l’a talonné sans relâche lors de ses marches en poésie et de ses excursions dans le récit -Verlaine d’ardoise et de pluie (1996), Elle, par bonheur, et toujours nue (1998). D’inspiration autobiographique, Un été autour du cou raconte l’enfance confisquée de Simon, douze ans, et sa confrontation prématurée avec l’âge d’homme. Dans le creux d’un été initiatique, ce Don...
septembre 2001
Le Matricule des Anges n°36

Allez Guy !

De petits formats pour des albums (17/19 cm), les livres de la collection Enfance en poésie que présente le poète Guy Goffette (dont vient de paraître Tacatam blues, Cadex) ont de quoi séduire et irriter en même temps. Remarquablement illustrés, ces albums associent quelques poèmes d’auteurs reconnus (voire très connus) comme Jean Tardieu ou Jacques Prévert au travail d’illustrateurs...
juillet 2000
Le Matricule des Anges n°31

Goffette : l’insaisissable désobéissance

Après le succès de La Vie promise et le prix Mallarmé récompensant Eloge pour une cuisine de province, Guy Goffette affirme une poésie d’acide et de blues. Le Pêcheur d’eau sort chez Gallimard. Sous son chapeau de feutre noir, mais sans feu de bois, sans veillée de flamenco autour des roulottes, un gitan qui aurait égorgé père et mère dans un rêve en voulant les serrer contre lui, Guy Goffette est l’incendiaire de sa propre vie : il pille, saccage, allume des brasiers pour les éteindre ensuite. Un chien. Guy Goffette est un chien en poésie - Supervielle, Jammes, Claudel lui...
mars 1995
Le Matricule des Anges n°11

Ouvrages chroniqués

Liste alphabétique des titres


Petits riens pour jours absolus
de Guy Goffette
2016
Lmda N°177 S’il a des plis à l’âme, Guy Goffette, s’il mélancolise de plus en plus, il a toujours l’enfance sous la peau et sait mieux que jamais nouer la voix nue de l’émoi à ces petits riens qui relèvent d’un désespoir fugace ou procèdent de la mystérieuse douceur des choses. Il est toujours ce marieur de mots de peu, dont le blues met des larmes aux roses autant qu’il donne à entendre la musique...
Petits riens pour jours absolus de Guy Goffette
octobre 2016
Le Presqu’elles
de Guy Goffette
2009
Lmda N°105 Si l’on se hasardait à définir la littérature comme lieu d’apparition de figures, on pourrait citer Presqu’elles en exemple. Y sont en effet évoquées, sous le signe passionnel du rouge, dix femmes, dix apparitions qui, comme autant de sortilèges, ont la vertu de griser, sinon de subjuguer. Dix petits voyages sans retour au cœur du trouble, dans l’irisation des possibles et la volupté lente de...
Presqu’elles
juillet 2009
Une enfance lingère
de Guy Goffette
2007
Lmda N°85 Avec ce roman d’une enfance initiée à la volupté, Guy Goffette déshabille la langue, amante familière vêtue de guipures, tendrement. Cela commence par une remarque paternelle, une de ses expressions triviales « plus usées que la pierre des chemins ou, comme de vieux souliers, tellement déformés que leur sens premier ne pouvait plus y glisser les pieds », formule assénée en ritournelle qui plonge l’enfant dans un frisson de perplexité « le cul dans la soie. L’association de ces deux mots, déjà si choquante à mon oreille, ne...
Émois précoces
juillet 2007
L' Adieu aux lisières
de Guy Goffette
2007
Lmda N°82 C’est la beauté tremblante et terrible de toute existence, qu’en une encre teintée du sang invisible des larmes, modulent les poèmes de Guy Goffette. En vers boiteux ou mal polis, en chantant ou en déchantant, c’est ce dont une existence est faite que met en musique Guy Goffette. L’en allé, la façon dont l’invisible peuple le visible, à l’image des étincelles dans le silex. Le présent toujours plus gros de présences à mesure que le temps passe, et dont les Psaumes pour le temps qui me dure d’être sans toi disent toute la prégnance. Tout ce...
Errante et désarmée
avril 2007
Journal de l’imitateur
de Guy Goffette
2006
Lmda N°80 C’est un petit livre curieux et plein de charme que ce Journal de l’imitateur. Le narrateur tient donc son journal dont, probablement, nous ne lisons que ce qu’il écrit entre le 22 février et le 3 mars d’une année qui pourrait être 89, mais rien n’est dit à ce propos. Une dizaine de jours qui sont marqués par la lecture que l’homme fait d’un livre de Thomas Bernhard : L’Imitateur. Emprunté,...
Bernhardite aiguë
février 2007
Auden ou l’œil de la baleine
de Guy Goffette
2005
Lmda N°61 Les éditions Gallimard consacrent le poète anglais Wystan Auden avec deux livres pilotés par Guy Goffette. Dans Auden ou l’œil de la baleine, Goffette compose une spirale de textes brefs autour de la figure d’Auden dont un poème, particulièrement, l’a longtemps accompagné : « Musée des Beaux-Arts ». Auden y déploie le thème récurrent de l’indifférence qui entoure toute souffrance. Le titre...
L’ode à Auden
mars 2005
Partance
de Guy Goffette
Lmda N°30 En une dizaine de textes courts, Guy Goffette fait chanter sur le mode nostalgique le désir de partir et celui de rester. Entre Rimbaud et Verlaine. S’il n’y a que très peu d’inédits dans ce recueil (malgré ce qu’une quatrième de couverture amnésique tendrait à affirmer), Partance et autres lieux mérite toutefois de figurer en bonne place dans nos bibliothèques. Guy Goffette s’est fait mieux connaître ces dernières années grâce à Verlaine d’ardoise et de pluie et Elle, par bonheur, et toujours nue.Récits qui suivaient la parution de...
Le marin d’Ardenne
mars 2000
Elle, par bonheur, et toujours nue
de Guy Goffette
1998
Lmda N°24 Après son Verlaine paru dans la même collection, Guy Goffette s’attaque à Bonnard via sa femme Marthe. Et capte chez l’autre son propre reflet. Il n’en faut pas beaucoup à Guy Goffette pour s’enflammer au coin d’une rue. Il faut dire que le poète avance avec le cœur au bout des yeux. Même s’il écrit : « Tant de beautés et aucune qui console de mourir. » Elle, par bonheur, et toujours nue serait né du coup de foudre que l’écrivain eut pour Marthe. Non pas une passante, mais la femme et le modèle de Pierre Bonnard. Entré dans un...
Goffette, par Bonnard
septembre 1998
L' Ami du jars
de Guy Goffette
Lmda N°20 Poète (La Vie promise, Gallimard 1991), Guy Goffette taquine aussi la prose (Verlaine d’ardoise et de pluie, Gallimard 1995) avec un même bonheur. Encore que le mot « bonheur » ne soit guère adéquat à définir l’univers de cet écrivain. Pour preuve ce court récit, embourbé comme un air de blues sous « un ciel plus souvent bas qu’à son tour ». L’Ami du jars raconte trois fois rien : la solitude...
L’ami du jars
juillet 1997