La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Entretiens Goffette : l’insaisissable désobéissance

mars 1995 | Le Matricule des Anges n°11 | par Dominique Sampiero

Après le succès de La Vie promise et le prix Mallarmé récompensant Eloge pour une cuisine de province, Guy Goffette affirme une poésie d’acide et de blues. Le Pêcheur d’eau sort chez Gallimard.

Le Pêcheur d’eau

Sous son chapeau de feutre noir, mais sans feu de bois, sans veillée de flamenco autour des roulottes, un gitan qui aurait égorgé père et mère dans un rêve en voulant les serrer contre lui, Guy Goffette est l’incendiaire de sa propre vie : il pille, saccage, allume des brasiers pour les éteindre ensuite. Un chien. Guy Goffette est un chien en poésie - Supervielle, Jammes, Claudel lui caressent la tête - mais un chien de route, un Braque bleu des Ardennes, un voyou, un fugueur. Il court droit devant pour se perdre et rentrer au livre plein de morsures et de tiques, brisé de fatigue, éreinté. Goffette fait sa niche dans les loques du poème. Sa poésie est ce halètement sublime, ce sursaut.

Dans votre enfance quel a été le contact avec l’écriture ?
J’ai commencé par regarder, je suis quelqu’un du regard, ma poésie est très visuelle, avec des couleurs, des matières. J’ai vécu quelques années à Paris en faisant des caricatures, en croquant le portrait des gens. J’ai été renvoyé de tous les collèges. Vers douze ou treize ans, je me suis replié sur moi-même, en pension où l’on m’a mis pendant neuf ans. Je tenais des carnets, une sorte de journal intime, avec de très mauvais poèmes, tristes, des dessins aussi. J’ai lu des milliers de poèmes. C’est impossible d’écrire sans avoir lu. On vit sur les autres comme des parasites, des pilleurs de langue.
J’étais un enfant timide, renfermé. Je jouais seul au fond du jardin. J’imaginais que je voyais la mer. J’étais l’aîné de famille et j’ai souffert d’un père sévère, catholique. Mon père n’était pas alcoolique, ce n’était pas une violence comme ça. Mais il était nerveux, angoissé. C’était quelqu’un qui s’excusait. Quand je faisais des bêtises, il retirait sa casquette, et la roulait entre ses doigts, pour demander pardon à ma place. Un jour, son père lui a fait décrocher un tableau dans la maison, parce que le sujet, une gitane, avait les épaules légèrement dénudées. Il a obéi sans broncher.
Votre premier manuscrit important ?
C’est Quotidien rouge, j’avais signé Guy-Marc Allier, quelques autres textes qui se sont perdus dans des revues sous ce pseudonyme. Ce premier livre a été écrit en mai 68 et m’a valu un renvoi de l’école des Frères où j’enseignais… mais je ne cherchais pas la tranquillité, je voulais la passion. La sérénité est une antichambre de la mort.
C’était un texte engagé ?
Un peu dans la mouvance d’Eluard, d’Aragon, une sorte d’écriture surréaliste dans un vers classique…mais ça n’avait rien à voir avec l’engagement communiste. Cela signifiait plutôt s’engager avec les tripes, à fond. J’ai eu un article important dans Le Drapeau rouge. Je ne savais pas que les Frères lisaient ce journal (rires)… A 22 ans, j’ai dirigé une revue alors que j’étais au service militaire, antimilitariste, anti hommes de lettres, anti tout… on a fait sept numéros. C’est l’époque où j’ai rencontré Achille Chavée à qui j’ai consacré un numéro. J’étais engagé très à...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?