La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Jean-Pierre Ostende

A propos

L'antre de l'explorateur En plus de vingt ans de publications, Jean-Pierre Ostende s’est affirmé comme un de nos romanciers les plus imaginatifs. S’il met souvent en scène la folie de ses personnages, c’est pour mieux révéler celle de notre monde contemporain. Avec jubilation. Dans la partie de la rue à sens unique où Jean-Pierre Ostende habite avec Anne, sa compagne, les voitures entrent en marche arrière. L’immeuble surplombe l’impasse et depuis le cinquième étage, Marseille expose ses toits. L’œuvre que le poète et romancier construit depuis plus de vingt ans est à l’opposé de la rue qu’il habite : loin d’être une impasse, elle laisse ses lecteurs y circuler comme ils veulent, comme ils peuvent, dans la profusion des thèmes ou motifs qu’elle aborde. Après le très beau Voie express (cf. Lmda N°43) La Présence qui paraît aujourd’hui ouvre une nouvelle fenêtre...
octobre 2007
Le Matricule des Anges n°87

Dans l’appétit du monde

Dans un mouvement littéraire encore indéfini mais qu’on voit apparaître aujourd’hui en France (avec des auteurs comme Arno Bertina, par exemple), Jean-Pierre Ostende agglomère à la fiction des pans de réel puisés à tous les horizons. Ses romans déjantés, en faisant une radiographie colorée du monde actuel, offrent aux lecteurs la vision de nos maladies à venir. Nouvelle littérature, mode d’emploi. On a pu dire de lui qu’il était un philosophe tant son œuvre est traversée par une vision du monde qui interroge nos pratiques, notre présence, le sens de nos actes. Cette pensée qui court dans ses romans est mise à l’épreuve de la fiction, comme s’il fallait à l’écrivain expérimenter chaque idée, non pas dans le monde physique, mais dans l’imaginaire. Un imaginaire bâti sur l’exploration...
octobre 2007
Le Matricule des Anges n°87

Comment j’ai réussi à ne pas comprendre mon fils

À l’occasion de l’exposition « Enlarge your practice » qui s’est achevée le 15 septembre dernier à Marseille, la friche La Belle de mai a commandé un texte à Jean-Pierre Ostende dont voici un extrait. Tout le monde n’a pas la chance d’avoir la visite du fantôme de Pieter Bruegel qui virevolte partout comme un chef pendant la visite d’une belle exposition (« Enlarge Your practice »). Je lui raconte comment certains blancs garçons de l’occident urbain sautent dans les buissons, glissent, chutent, filment, photographient, mettent en ligne, téléchargent. Bruegel adore. Je lui dis que nos...
octobre 2007
Le Matricule des Anges n°87

Ouvrages chroniqués

Petit traité bien cuit
de Jean-Pierre Ostende
2022
La Présence
de Jean-Pierre Ostende
2007
Le septième roman de Jean-Pierre Ostende piège son lecteur. En l’hypnotisant, il lui fait vivre l’expérience dont parle justement la fiction. Ici, le calme est plus dangereux que la tempête. La Présence s’attache à suivre l’inquiétant séjour de Jacques Bergman dans l’antre d’un château du XVIIIe siècle dont il est chargé de prendre la mesure afin que l’Explorateur club, ensuite, puisse le transformer en parc d’attractions. Avant de nous intéresser au lieu, relevons les indices qui nous sont donnés sur notre héros. Admirateur professionnel au service de Kaiser, Jacques Bergman a un temps travaillé pour Louise Rubistein et son fils Gordon, le jeune auteur d’une chanson planétaire : L’Asile le plus sûr est le cœur d’une mère. Un tube si magistral que le gamin ne composa plus...
Thierry Guichard
octobre 2007
Le Matricule des Anges n°87