La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Patrick Deville

A propos

Le voyageur sentimental Né enfermé, Patrick Deville n’a eu de cesse de vouloir attraper l’horizon. Du Moyen-Orient à Montevideo, il poursuit par les voyages, les lectures qu’il fait du monde. Avec comme balancier la solitude mariée à la fraternité. Dernière escale, Pura Vida rassemble les révolutionnaires d’Amérique centrale pour une errance post-mortem. En rouge et noir. Si vous déjeunez un jour au Rond de serviette, jeune restaurant installé place du marché à Saint-Nazaire, vous y rencontrerez peut-être le sosie de Günther Grass. On vous installera à une table près de celle où une charmante brune parle d’Anna Gavalda à son amie. Et le soir, en une taverne plus orientale, vous verrez une gamine, brune également, évoquer avec passion Garcia Márquez avant de casser fougueusement un verre. Saint-Nazaire offre de ces surprises… Mais ne soyez pas étonnés si, au Rond de serviette, vous rencontriez Patrick Deville. Ce n’est pas seulement parce qu’on y...
février 2004
Le Matricule des Anges n°50

Le corseté lyrique

Tenues dans une structure qui fait la force de ses romans, les phrases de Patrick Deville rêvent de voyages intimes. Il y a au moins trois façons de lire les romans de Patrick Deville. On peut d’abord ne s’intéresser qu’aux histoires. Merveilles denses de fictions, les cinq livres parus chez Minuit portent le romanesque vers les zones interlopes de l’espionnage, l’organisation secrète et les amours tumultueuses (et tueuses). Cordon-bleu nous présente un vieillard cyniquement détaché, dont la dernière...
février 2004
Le Matricule des Anges n°50

La fabrique du héros

Patrick Deville a trouvé dans la fiction un point d’ancrage pour lutter contre le temps qui passe. On y entend le silence des solitaires, les rêves des révolutionnaires et le rire moqueur des belles brunes. Quand Patrick Deville annonce qu’il ne connaît plus ses premiers romans par cœur, on sourit, pensant à une boutade. Mais non. À force de polir chacune de ses phrases, de les porter longtemps en lui avant de les poser sur le papier, il peut encore relever, dans une citation d’un de ses livres, le mot manquant. S’il a l’élégance de nous proposer des histoires qu’on ne lâche pas, son travail...
février 2004
Le Matricule des Anges n°50

Ouvrages chroniqués

Taba-Taba
de Patrick Deville
2017
Mêlant comme toujours destinées individuelles et convulsions du monde d’hier et d’aujourd’hui, Patrick Deville se penche cette fois sur son histoire familiale. un roman parmi ses plus aboutis. On est accoutumé, quand on a fréquenté un peu les livres de Patrick Deville, à y suivre la trace de voyageurs aux semelles de vent. Un narrateur, dont on devine qu’il lui prête sinon ses traits du moins ses questionnements et ses obsessions, nous entraîne avec lui sur les pas d’un explorateur, d’un savant, d’un aventurier, d’un écrivain ou encore d’un révolutionnaire. Existences saisies dans les soubresauts de l’Histoire et apparaissant dans la succession des livres comme la diffraction d’un même mystère, échappant finalement à toute tentative d’élucidation. Y compris après qu’on en...
Jean Laurenti
octobre 2017
Le Matricule des Anges n°187
Equatoria
de Patrick Deville
2009
Patrick Deville met ses pas dans ceux des explorateurs du continent noir. Son exploration de l’Afrique ressuscite des destins controversés et diablement romanesques. Une vie ça n’existe pas, selon Ali. Des détails, oui, des anecdotes qui se croisent, à quoi pour se rassurer on cherche à donner une logique. » Ali est camerounais et vit au Gabon où Deville le rencontre lors de sa longue pérégrination africaine. Ce qu’il dit là pourrait illustrer le nouveau « roman » (c’est écrit sur la couverture) de l’auteur de Pura Vida. Théorie de vies illustres, Equatoria en effet rassemble des histoires qui finissent par tracer l’Histoire de l’Afrique en même temps qu’elles ressuscitent les grandes aventures. L’écrivain enquête sur quelques destins qui trouvèrent...
Thierry Guichard
mars 2009
Le Matricule des Anges n°101
Ces deux-là
de Patrick Deville
2000
L’amour est une triste supercherie. Il sert juste à faire des chansons. Dans Ces deux-là, Patrick Deville prêche le faux pour savoir le vrai et au bout du compte on se demande ce qui reste. Les phrases de Patrick Deville ressemblent à ses romans. Elles sont joueuses et désabusées, ironiques mais prêtes à se laisser prendre à l’émotion qu’elles effleurent, en connaisseuses, avec une dextérité qui ne suffit pas toujours à garder la distance, minutieuses, précises, mais pour un rien prêtes à s’enflammer, à se brûler à ce qu’elles auront touché de trop près. Habiles, un rien crâneuses parfois de leur étonnante virtuosité, elles s’autorisent des raccourcis très désinvoltes, et de douces embardées qui font dans la tête du lecteur des looping inattendus. Elles baladent les...
Xavier Person
avril 2001
Le Matricule des Anges n°34