La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Richard Morgiève

A propos

Bibliographie Allez les verts, Sanguine, 1980 * Branqu’à part, Sanguine, 1981 * Chrysler 66, Sanguine & Albin Michel, 1982 * Sympathies pour le diable, Sanguine & Albin Michel, 1983 * Gare indienne de la paix, Engrenage, 1984 * Des femmes et des boulons, Ramsay, 1987 * Un petit homme de dos, Ramsay, 1988 ; Éditions Joëlle Losfeld, 1995 ; Pocket, 1999 * Fausto, Seghers, 1990 ; Robert Laffont, 1993 ; Pocket, 1993 * Andrée, Robert Laffont, 1993 ; Pocket, 1994 * Cueille le jour, Robert Laffont, 1994 ; Pocket, 1997 * Sex vox dominam, Calmann-Lévy, 1995 ; ...
janvier 2001
Le Matricule des Anges n°33

La vérité d’un homme toujours debout

Richard Morgiève est un sans-papier dans le paysage conventionné de la littérature française. Imprévisible, inclassable. Un écorché vif. Un trublion. Ce maquisard des lettres répète à l’envi comme une vieille colère qu’il est un cancre, un misérable. Qu’il éprouverait ainsi des difficultés à être à sa place, contemporain de lui-mêm, au point de juger « obscène » une séance de dédicaces. Vraie...
janvier 2001
Le Matricule des Anges n°33

A bras le corps

Richard Morgiève brise les chaînes de la fatalité en deux volets. Une cérémonie des aveux, redoutable et libératrice. Ne me secouez pas, je suis plein de larmes.«  Cette inoubliable phrase de Henri Calet aurait pu figurer en exergue de Ma Vie folle, témoignage vivant et frontal d’un homme hanté par le spectre de son enfance. C’est que cet homme qui s’avance sous les feux de la scène ne pleure pas, il résiste, il hurle en silence, malgré l’âme vidée, le cœur écrasé. Richard Morgiève, puisque c’est de lui...
janvier 2001
Le Matricule des Anges n°33

Ouvrages chroniqués

Liste alphabétique des titres


Cimetière d’étoiles
de Richard Morgiève
2021
Lmda N°221 Quelques jours d’enquête sur la frontière du Texas, au départ d’une année terrible : dans son immense Cimetière d’étoiles, Richard Morgiève donne libre cours à la « poésie humaine ». L’enquête du Marine mort à El Paso était bien partie pour tout avaler, tout confondre en elle-même.  » Le roman semble pareillement tout absorber : misère et paranoïa, faits divers et affaire d’État, traumas et expérimentations, standards et Évangiles, FBI et CIA, Vietnam et Kennedy (nous sommes en 1963), faune des seconds couteaux et demoiselle en danger, anthropologie de l’enquête policière...
Lâcher prise
mars 2021
Cheval
de Richard Morgiève
2009
Lmda N°100 Une plongée au cœur de la France des Trente (peu) Glorieuses : celle des laissés pour compte et des décharges. Richard Morgiève trempe avec allégresse sa plume dans le cambouis. En ouvrant un livre de Richard Morgiève le lecteur peut être certain qu’il va être embarqué dans une drôle d’histoire, qu’il va côtoyer des personnages peu reluisants et ne tardera pas à s’attacher à eux. Des types qui par nécessité transgressent les règles de la morale et bricolent autour des marges de la société. Après nous avoir invités dans Miracles et Légendes de mon pays en guerre à...
Enfer rouillé
février 2009
Miracles et légendes de mon pays en guerre
de Richard Morgiève
2007
Lmda N°86 Sur les hauteurs d’un bourg de la France occupée, Richard Morgiève installe un bordel et nous offre une fable cruelle et juste sur la nature humaine dans la déroute. Vu d’en haut, l’exode aurait la forme d’interminables colonnes de fourmis affolées, abasourdies par la débâcle de l’armée et l’invasion du pays. Le diable, qui désormais serait chez lui sur la terre comme au ciel, se réjouirait de ce spectacle pimenté par le carnage des avions Stukas sur les populations sans défense. On est au printemps 1940 et ce n’est pas l’année du dragon, comme l’indique...
Guerre et plaies
septembre 2007