La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions Chambon/Rouergue

Ouvrages chroniqués

Chère nuit gris-bleu
de Wolfgang Borchert
2006
À travers un recueil de courts récits poétiques, à l’écriture très sensitive, Wolgang Borchert (1921-1947) peint une humanité en déshérence. Wolfgang Borchert a connu un itinéraire fulgurant. Né en 1921, il a grandi à Hambourg ; poète, dramaturge et comédien, il est confronté au nazisme et en 1942, part sur le front russe, à deux reprises ( la seconde, après avoir subi un procès l’accusant de désertion, et échappé à la peine de mort), puis il est emprisonné pour avoir raillé Goebbels lors d’imitations satiriques devant ses camarades. Fait ensuite prisonnier par les Français à Francfort, il parvient à s’échapper et rejoint Hambourg à pied… Après la guerre, il poursuit son activité de comédien, et il écrit énormément, notamment...
Delphine Descaves
mai 2006
Le Matricule des Anges n°73
Liberté basanée
de Marian Pankowski
2005
C’était dans les années cinquante, à Bruxelles. J’apprenais l’oubli des fils barbelés et du cri des 55. « Marian Pankowski n’est pas encore le romancier qui donnera » une langue qui n’existait pas, alors, dans la littérature de mon peuple « . Il écrit des poèmes. Cherche une voix. C’est alors qu’il se met à » composer ce poème en prose, non pas directement, eut-on dit, mais comme s’il s’exhalait de moi, tant qu’il pouvait… « et le dédie à sa mère. » Je ne savais pas encore que du même coup, je rejetais de mon visage la peau de l’enfant. « L’horreur des camps, le temps passé à...
Lucie Clair
octobre 2005
Le Matricule des Anges n°67
Miniatures de la solitude
de Melitta Breznik
2003
Ni anges, ni démons, un bonheur fugace et un peu de nostalgie : Melitta Breznik écrit avec douceur et un tact infini sur les petites choses de la vie. L’écrivain, Autrichienne, psychiatre en Suisse, a choisi de se glisser dans ces recoins de l’esprit où les souvenirs se cachent, là où règne un silence qui ne demande qu’à être rompu. Dans son recueil de huit nouvelles, les personnages sont comme suspendus, en arrêt, pétrifiés par la prise de conscience de leur propre finitude. Une femme opérée à cœur ouvert médite sur son avenir. Une amie évoque ses relations avec un jeune homme malade du...
Franck Mannoni
janvier 2004
Le Matricule des Anges n°49
On ne peut pas s’étouffer avec des vermicelles
de Sergi Pàmies
2003
L’écrivain catalan peint avec légèreté l’absurdité des vies ordinaires. Paru initialement sous le titre Infection aux éditions Jacqueline Chambon, cet ensemble de récits de Sergi Pàmies forme le quatrième ouvrage de la collection « Nouvelles du Monde », coéditée par Jacqueline Chambon et Le Rouergue. Cette collection a pour vocation de publier des textes courts, inédits ou issus du fonds Chambon (ainsi Pàmies ou Viktor Pelevine). Un drôle de zèbre, ce Sergi Pàmies. Né à Paris en 1960, il apprend le catalan pour aborder les filles plus facilement sur les ramblas de Barcelone. Depuis,...
Emmanuel Favre
novembre 2003
Le Matricule des Anges n°48
Qu’arrivera-t-il au bois sec ?
de Breece D’J Pancake
2004
Douze nouvelles arrachées à la terre et à la neige de Virginie pour une endoscopie de la douleur humaine. Malgré la brièveté de son passage sur terre et une œuvre qui se résume à un recueil de nouvelles, Breece D’J Pancake est tenu pour l’un des auteurs majeurs de la communauté littéraire appalachienne contemporaine. Né en 1953 en Virginie-Occidentale, Pancake enseigna d’abord à l’institut militaire de Lexington, puis l’anglais dans une université. En 1977, la revue américaine The Atlantic publia son premier texte, affublant alors son nom de deux initiales apocryphes (la coquille ne dut pas totalement lui déplaire puisqu’il les adopta). En 1979, sans que sa famille ne sache exactement...
Didier Garcia
octobre 2004
Le Matricule des Anges n°57

Auteurs