La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Soleil & fruits

octobre 2005 | Le Matricule des Anges n°67 | par Lucie Clair

C’était dans les années cinquante, à Bruxelles. J’apprenais l’oubli des fils barbelés et du cri des 55. « Marian Pankowski n’est pas encore le romancier qui donnera » une langue qui n’existait pas, alors, dans la littérature de mon peuple « . Il écrit des poèmes. Cherche une voix. C’est alors qu’il se met à » composer ce poème en prose, non pas directement, eut-on dit, mais comme s’il s’exhalait de moi, tant qu’il pouvait… « et le dédie à sa mère. » Je ne savais pas encore que du même coup, je rejetais de mon visage la peau de l’enfant. « L’horreur des camps, le temps passé à poser » à Dieu ces questions dont j’attendais en vain la réponse alors, quand je contemplais les étoiles sur Auschwitz, ces questions dont n’avait que faire l’aube grasse qui se levait des cheminées des crématoires « et le silence qui s’en suit se libèrent dans cette Liberté basanée restituée, celle des Tsiganes et de leurs roulottes, celle de la fraîcheur d’une enfance frondeuse et curieuse, les heures d’une paix que nulle Histoire n’a su occulter. En cinq courts traités de l’art de la maraude des fruits à celui de voler d’un arbre à l’autre, de celui de faire du feu, que l’on » trouve en toutes choses, peu ou prou. Le contiennent l’or et le vinaigre, les cheveux et le marbre, l’eau aussi, et le bois du cerf " il s’adresse à l’enfant qu’il était autant qu’à ceux de demain,
et leur rappelle d’une voix juste, d’une langue claire, élégante, la jouissance des jours pleins, « pour que nous puissions croire qu’elle n’est pas morte, la liberté basanée. » Ce que, depuis, il n’a cessé de nous dire.

Liberté basanée de Marian Pankowski
Traduit du polonais par Elisabeth Van Wilder
Éditions Chambon/Le Rouergue, 64 pages, 5

Soleil & fruits Par Lucie Clair
Le Matricule des Anges n°67 , octobre 2005.
LMDA papier n°67
6,00 €
LMDA PDF n°67
4,00 €