La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Didier Garcia

Message Envoyer un message

Didier Garcia

Articles

Comment j’ai rencontré les poissons

de Ota Pavel
Dans les eaux de l'enfance Le Tchèque Ota Pavel (1930-1973) nous entraîne sur les bords de la rivière Berounka dans sa Bohême natale. Pour des pêches miraculeuses. Nous voici près de Krivoklat, une bourgade située à une petite heure de route de Prague, dans une campagne riche en rivières et ruisseaux. C’est là, au cœur d’une nature prodigue, qu’Ota Pavel a vécu cette enfance que ce recueil (il ne s’agit pas d’un roman) entreprend d’évoquer au gré d’histoires qui ont souvent des allures de nouvelles. Le titre l’indique clairement : son enfance fut pleine de poissons. On trouve dans ces pages bon nombre des espèces présentes en eau douce : « barbeaux musculeux, anguilles serpentiformes, chevaines rusés » (« avec la nageoire rouge près de l’anus qui...
mai 2020
Le Matricule des Anges n°212-213

Rendez-vous à Samarra

de John O’Hara

Un réveillon de fous

En 48 heures chrono, l’Américain John O’Hara (1905-1970) scelle le destin d’un homme. Un roman d’une précision chirurgicale. Vous dégoupillez une grenade et quelques secondes plus tard elle explose ; dans un rayon restreint, des hommes sont tués ou blessés. Résultat : cadavres à enterrer, malades à soigner. Veuves, enfants sans pères, parents privés de leurs enfants. Cela déclenche aussi le mécanisme des pensions et développe l’esprit pacifiste chez les uns, une haine durable chez les autres. Au même moment, un...
avril 2019
Le Matricule des Anges n°202

La Patience du papier

de Witold Gombrowicz

Post mortem

Cinquante ans après sa disparition, Witold Gombrowicz nous revient, égal à lui-même, pour le meilleur mais surtout pour le pire. Constitué pour les deux tiers de textes provenant des Varia I et II (Christian Bourgois, 1978 et 1989), et pour un tiers de textes encore inédits en français (lettres, articles, entretiens), ce florilège contribuera probablement à consolider l’image que Gombrowicz (1904-1969) s’est appliqué à donner de lui-même de son vivant : celle d’« un monstre qui se complaît dans le culte de son moi et...
avril 2019
Le Matricule des Anges n°202

femme changée en renard

de David Garnett

David Garnett l’enchanteur

Dans ce court récit, le romancier britannique (1892-1981) se fait magicien, pour transporter le lecteur dans un autre monde. À en croire l’incipit, « les faits merveilleux ou surnaturels ne sont pas aussi rares que l’on croit ». Et le fait est que six paragraphes après cette déclaration liminaire, qui tient lieu d’avertissement comme de mise en garde, l’histoire bascule dans un univers fantastique, pour ne plus en sortir. Si on présentait cette histoire à des enfants, on pourrait leur dire à peu près ceci. Il...
mars 2019
Le Matricule des Anges n°201

La Bâtarde

de Violette Leduc

Violette Leduc, sans pudeur

Dans La Bâtarde, confession autobiographique d’une formidable densité, l’écrivaine évoque ses amours homosexuelles et ses amitiés littéraires. En soi, l’incipit de Violette Leduc n’a rien d’engageant : « Mon cas n’est pas unique : j’ai peur de mourir et je suis navrée d’être au monde. » On s’attend donc à de la plainte, ce à quoi Simone de Beauvoir, dans sa préface dithyrambique, a d’emblée prévenu le lecteur. Fort heureusement, il n’en sera rien. Bien sûr, en peignant sa vie de son enfance jusqu’à l’entrée des Alliés dans Paris,...
février 2019
Le Matricule des Anges n°200