La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Didier Garcia

Message Envoyer un message

Didier Garcia

Articles

Almanach d’un comté des sables

de Aldo Leopold
Penser comme une montagne Selon l’écologiste américain Aldo Leopold, il faut promouvoir la perception pour préserver l’environnement. Défense et illustration. Connu comme le père de la défense de la faune et de la flore sauvages en Amérique, et pour avoir été conseiller auprès des Nations unies pour la protection de la nature, Aldo Leopold (1887-1948) apparaît en ces pages comme le digne héritier de Henry David Thoreau (1817-1862), se faisant l’ardent défenseur de « ce qui est naturel, sauvage et libre » contre ce qui est « artificiel, domestique et confiné », et affichant sa nostalgie pour ce paradis à jamais perdu que fut la Grande Prairie américaine foulée par des troupeaux de bisons. Mais c’est un observateur particulièrement attentif de...
septembre 2021
Le Matricule des Anges n°226

Théâtre

de Louis Calaferte

« La connerie est partout »

Réédition du théâtre complet de Louis Calaferte (1928-1994), dans lequel le dramaturge pose sur ses semblables un regard acéré. Et sans complaisance. Dans la galaxie que constitue l’œuvre de Louis Calaferte (seize volumes de journal, une cinquantaine de recueils de poèmes, une bonne vingtaine de récits, auxquels s’ajoutent quelques essais), le théâtre occupe une place non négligeable : 26 pièces, écrites entre 1950 et 1993 (et initialement publiées aux éditions Jacques Hesse). Des pièces qu’il a lui-même réparties en deux groupes (à...
septembre 2021
Le Matricule des Anges n°226

locataires de l’été

de Charles Simmons

Le nom du père

Avec Les Locataires de l’été, l’Américain Charles Simmons (1924-2017) signe un récit bouleversant, qui est surtout un adieu à l’enfance. C’est pendant l’été de 1968 que je tombai amoureux et que mon père se noya. » Un tel incipit laisse peu de suspense au lecteur. Le seul élément que cette phrase liminaire ne présente pas, c’est le cadre spatio-temporel du récit, à savoir une presqu’île située quelque part aux États-Unis, ouverte d’un côté sur l’océan, de l’autre sur une baie, une maison familiale plantée au bord de la mer...
juillet 2021
Le Matricule des Anges n°225

Montagne aux solitudes

de Jean Proal

À hauteur d’homme

Après une éclipse de plusieurs décennies, Jean Proal (1904-1969) retrouve enfin la lumière : réédition de deux de ses romans. Avant de totalement disparaître des radars littéraires, Jean Proal avait publié une dizaine de volumes, de 1932 à 1956, essentiellement chez Denoël, mais aussi chez Albin Michel, Julliard et Gallimard. L’un d’eux (De sel et de cendre) obtint même un prix de la SGDL en 1953. Une production littéraire qui fut encouragée en son temps par Blaise Cendrars, Jean de La Varende, Jean Giono (qui...
juillet 2021
Le Matricule des Anges n°225

Pluie noire

de Masuji Ibuse

À l’heure du pikadon

Avec Pluie noire, le Japonais Masuji Ibuse (1898-1993) nous ramène au cœur de l’enfer, juste après l’explosion de la première bombe atomique. Du bombardement d’Hiroshima le 6 août 1945, l’Histoire a surtout retenu quelques chiffres, qui disent mieux que de longs discours l’ampleur de la tragédie : 62 000 bâtiments détruits sur les 90 000 que comptait la ville, 75 000 morts en quelques secondes, pour un total d’environ 250 000 victimes. Mais ce que l’Histoire a délaissé en privilégiant le collectif, ce sont les drames individuels....
juin 2021
Le Matricule des Anges n°224