La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Eric Naulleau

Articles

Baleine

de Paul Gadenne
Baleine de Paul Gadenne C’était un blanc sans lumière, un blanc gelé, entièrement refermé sur lui-même, tournant le dos à toute gloire, avec une résignation à peine pathétique, vraiment le blanc d’une baleine qui ne faisait pas d’histoires, qui fuyait l’éloquence et défiait terriblement les mots. » Bel autoportrait. Gadenne/Baleine, nouvelle occasion de découvrir un naufragé des lettres françaises, abandonné sur son île par la postérité. Baleine/Gadenne, Pierre et Odile se tiennent pour l’éternité devant la charogne géante échouée sur une plage du Pays Basque, l’occasion d’une décisive expérience mystique pour...
juillet 2014
Le Matricule des Anges n°155

La Sortie au jour

de Michel Karpinski

Sous un soleil noir

Vingt ans séparent l’entrée dans le deuil de « La Sortie au jour ». Michel Karpinski voit enfin le bout du tunnel. Critique échaudé craint l’eau tiède. À lire cet extrait de la quatrième de couverture : « le narrateur de ce journal revient, au fil des jours, sur la disparition de sa compagne, neuf ans après le drame », il lui vient un soupçon. Et si l’auteur était de ces bateleurs, impossibles à distinguer l’un de l’autre, qui prennent chaque semaine d’assaut les tréteaux médiatiques pour rameuter le...
mars 2005
Le Matricule des Anges n°61

Je est un Autrement

Rencontre avec un homme pressé de savoir et de faire savoir. Animé d’une « fébrilité patiente », Henry Dougier bâtit depuis trente ans un catalogue qui lui ressemble. Dans l’urgence et avec cohérence. Parvenu au 77, du faubourg Saint-Antoine, le visiteur du jour médite brièvement sur ce précepte affiché en toutes lettres sous le porche : « Rester éveillé aux bruits du monde, être des passeurs d’idées et d’émotions. » Le temps de traverser un bureau-verrière dans la cour, où s’affairent deux jeunes femmes, et il lui faut à présent recevoir, de la bouche même du maître des lieux, un autre...
février 2005
Le Matricule des Anges n°60

The Road to mumbaÏ

de Fernando Nenhum

Salaam Mumbaï

La réalité multiple et foisonnante de l’Inde, je comptais bien en dresser un vague inventaire dans ces pages, mais je crains que ce soit impossible », concède sans tarder le trop méconnu Fernando Nenhum (à quand la réédition de son magnifique roman L’Illusionniste dans la traduction du Père Haji B. Canular ?) avant de conclure en bout de piste : « Plus tard, au moment où l’avion décollait...
octobre 2004
Le Matricule des Anges n°57

L' Ecrivain le plus libre

de Cécile Guilbert

Sa tête en liberté

Ce que Shandy nous dit n’a rien de triste. Parution de L’Écrivain le plus libre, troisième exercice d’admiration de Cécile Guilbert. L’Écrivain le plus libre est un ouvrage savant. Mais il ne s’agit pas ici à proprement parler d’érudition, encore que Cécile Guilbert connaisse sur le bout des doigts tout ce qui s’est écrit sur Laurence Sterne des deux côtés de la Manche. Non, il se trouve seulement qu’à force de fréquenter ceux qui ont lu tous les livres, notre exégète en est arrivé à la conclusion que la chaire est un peu...
juillet 2004
Le Matricule des Anges n°55

Médiatocs – chronique

Popol et Virginie L’auteur(e) des Chiennes savantes lorgne à présent vers les Chiennes de garde. Le Manifeste pour un nouveau féminisme de Virginie Despentes ferait plutôt penser à du pipi de chat(te). Nous sommes redevables au féminisme de quelques avancées décisives dans le domaine des mœurs : à lire King Kong théorie, on s’avise en effet que les cafés du commerce sont devenus mixtes. Prendre connaissance du « manifeste » de Virginie Despentes revient à subir le caquetage d’un pilier de comptoir qui vous crachote à jet continu ses délirantes opinions sur le viol, la pornographie, la prostitution, sans oublier la lutte à mort entre femmes et hommes pour la possession symbolique du pénis. Éprouvant. On trouve un peu tout et son contraire sous la plume de la patronne du bistro Les...
janvier 2007
Le Matricule des Anges n°79