La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Eric Naulleau

Articles

Baleine

de Paul Gadenne
Baleine de Paul Gadenne C’était un blanc sans lumière, un blanc gelé, entièrement refermé sur lui-même, tournant le dos à toute gloire, avec une résignation à peine pathétique, vraiment le blanc d’une baleine qui ne faisait pas d’histoires, qui fuyait l’éloquence et défiait terriblement les mots. » Bel autoportrait. Gadenne/Baleine, nouvelle occasion de découvrir un naufragé des lettres françaises, abandonné sur son île par la postérité. Baleine/Gadenne, Pierre et Odile se tiennent pour l’éternité devant la charogne géante échouée sur une plage du Pays Basque, l’occasion d’une décisive expérience mystique pour...
juillet 2014
Le Matricule des Anges n°155

Les Allusifs, court toujours

« Small is beautiful » comme on ne dit pas au Québec. Établie à Montréal, Brigitte Bouchard s’est spécialisée dans les « petits romans ». Bref portrait-rencontre d’une éditrice chanceuse et angoissée. Initiales BB. L’œil bleu, le cheveu en bataille et l’indispensable pointe d’accent québécois sur le bout de la langue française. Brigitte Bouchard poursuit dans ce café du faubourg Saint-Antoine une tournée de promotion française avant de s’en retourner quelques jours plus tard vers sa Belle Province. Si l’allusive en chef avoue s’être plus tôt quelque peu égarée dans les transports en commun...
novembre 2003
Le Matricule des Anges n°48

L’Ange et le marin

Dans le village de Sauveterre le bien nommé, deux êtres seuls au monde pour une fable hors du temps. Non, non, ce n’est pas une trilogie ! » rectifie Éric Faye, qui préfère parler d’ « un triangle équilatéral dont aucun côté ne ressemble à l’autre. » Soit. Le premier (champ) fut tracé fin 1999 : en ouverture du recueil éponyme, Les Lumières fossiles introduisaient et escamotaient dans un même mouvement le personnage de Solange Brillat. Le narrateur y subissait l’attraction d’une planète...
septembre 2003
Le Matricule des Anges n°46

“ Le fantastique est un outil “

Dans son laboratoire d’écriture, Éric Faye ne cesse de créer des mondes parallèles pour mieux nous parler du nôtre. Tour du propriétaire et discours de la méthode. De A à K. Août 2003. Petite devinette de saison : qu’est-ce qui vide les trottoirs et remplit (d’aise) les bobos cuits à point sur les quais de Paris-plage ? Réponse : la canicule. La plupart des Parisiens envisagent sans rire depuis quelques jours de déménager à Ajaccio, voire Beyrouth ou Tripoli, pour trouver enfin un peu de fraîcheur. Situations paradoxales qui ne sont pas sans évoquer l’esprit et...
septembre 2003
Le Matricule des Anges n°46

Entre les lignes de Faye

Avec La Durée d’une vie sans toi, le père de Solange Brillat clôt un cycle et poursuit sa très singulière traversée des apparences. Rêveurs et fugitifs, réfractaires et chasseurs de doubles, tous ses personnages cherchent asile poétique de l’autre côté du miroir, au royaume de l’absurde et du merveilleux. Loin de toutes les pesanteurs. Au plus intime des textes d’Éric Faye bat un cœur secret, s’étire à l’infini certain instant décisif du matin de la vie, vacille la petite flamme, venue de très loin, que chaque enfant protège au creux de ses mains jointes une fois atteint l’âge adulte, la lueur n’évoquera plus au porte-feu que la vague clarté d’une lointaine étoile : « Qu’espérait-il encore ici ? Ces éclats épars ne...
septembre 2003
Le Matricule des Anges n°46

Médiatocs – chronique

Popol et Virginie L’auteur(e) des Chiennes savantes lorgne à présent vers les Chiennes de garde. Le Manifeste pour un nouveau féminisme de Virginie Despentes ferait plutôt penser à du pipi de chat(te). Nous sommes redevables au féminisme de quelques avancées décisives dans le domaine des mœurs : à lire King Kong théorie, on s’avise en effet que les cafés du commerce sont devenus mixtes. Prendre connaissance du « manifeste » de Virginie Despentes revient à subir le caquetage d’un pilier de comptoir qui vous crachote à jet continu ses délirantes opinions sur le viol, la pornographie, la prostitution, sans oublier la lutte à mort entre femmes et hommes pour la possession symbolique du pénis. Éprouvant. On trouve un peu tout et son contraire sous la plume de la patronne du bistro Les...
janvier 2007
Le Matricule des Anges n°79