La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Guillaume Contré

Message Envoyer un message

Guillaume Contré

Articles

La Mesure de la Joie en Centimetres

de Arno Calleja
Fuite mystique Un garçon qui parle avec Dieu et une fuite d’eau qui s’empare d’un immeuble. Avec ces ingrédients, Arno Calleja construit un roman subtil, qui est d’abord un bel objet poétique. Si l’on peut dire de La Mesure de la joie en centimètres que c’est un roman, on peut aussi affirmer sans se tromper qu’il s’agit d’un poème ; un poème en prose, certes, mais la coupure du vers n’est pas le seul garant de la poésie, celle-ci peut aussi se révéler dans le cadre d’un récit tout à fait linéaire, presque un conte en l’occurrence, celui qui nous parle d’« un garçon mystique, grandement mystique », « seul avec des grandes forces cosmiques », auquel le narrateur rend régulièrement visite et de leur étrange amitié, faite de pudeur et de solitude partagée. L’histoire se déroule à...
octobre 2020
Le Matricule des Anges n°217

Booming

de Mika Biermann

Far west kaléidoscopique

Avec l’humour et l’assurance tranquille d’un narrateur né, Mika Biermann s’empare du western pour multiplier les possibles de la fiction. Le western a-t-il de beaux restes ? Pas sûr que Mika Biermann s’en préoccupe. Les restes – beaux ou laids – d’un genre où le cliché fait loi (à cause peut-être d’un certain Leone, qui dès les années 60 l’avait converti en parodie), il les cueille en l’état d’un air ravi pour monter sur si douteux matériau l’édifice de son Booming. « Une porte s’ouvre sur le désert » et le lecteur se retrouve...
septembre 2015
Le Matricule des Anges n°166

Héros

de Denis Jampen

Prosodie chahutée

Quarante ans après son écriture, Héros devait rouvrir une page possible de l’école Minuit – ce qui n’a pas eu lieu. La publication posthume de textes d’auteurs plus ou moins oubliés dont les manuscrits connurent le trop long purgatoire de quelque obscur tiroir requiert souvent la présence, afin de mieux en accompagner la venue (ou l’éventuel retour) au monde du livre imprimé, d’un appareil théorique ou d’une esquisse hagiographique. Héros n’y coupe pas, l’écrivain Arno Bertina se chargeant d’encadrer le...
avril 2015
Le Matricule des Anges n°162

Des monstres littéraires

de Jérôme Orsoni

Des monstres littéraires de Jérôme Orsoni

Des monstres et littéraires, donc, nous dit le titre. On ne pourra guère, sur ce point, accuser Jérôme Orsini de mentir sur la marchandise, tant le livre applique avec fidélité son titre programmatique. Il s’agit d’un recueil de nouvelles harmonisé par le recours à un subterfuge classique, consistant à introduire l’ensemble des courts textes du recueil par un prologue où un personnage que...
avril 2015
Le Matricule des Anges n°162

Un après-midi avec Wackernagel

de Ivan Farron

Cartographie inquiète

Ivan Farron dresse le portrait en creux d’un personnage qui pourrait se confondre avec celui d’une ville. Qui est Wackernagel ? Cette question d’allure très simple constitue pourtant le nœud complexe autour duquel ne cesse de se tramer et détramer ce court récit, publié une première fois en 1995 et aujourd’hui réédité. Un texte écrit dans une langue cyclique, dont la puissance hypnotique, alliée à une approche particulièrement désenchantée du réel ne sera pas sans évoquer Thomas Bernhard. ...
juillet 2014
Le Matricule des Anges n°155