La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Martine Laval

Message Envoyer un message

Martine Laval

Articles

Par le trou de la serrure

de Harry Crews
Le noir lui va si bien On lui doit des romans aussi dingues que politiques sur l’Amérique des oubliés. Retrouvailles Par le trou de la serrure, récits intimes et fracassants. Harry Crews n’est pas le genre de type à broyer du noir comme ça, par plaisir, parce que ça ferait chic, ou que cela serait dans l’air du temps. Le noir, c’est son pain quotidien, sa seconde peau – au propre comme au figuré tant son grand corps fut malade, fracassé, douloureux, presque encombrant. Le noir, c’est son oxygène, son carburant. Sa façon d’être au monde, de le vivre, de le raconter. Le destin d’Harry Crews, né en 1935 et décédé en 2012, est marqué au fer rouge : enfance à la dure dans une famille pauvre de Géorgie ; engagement à 17 ans chez les Marines « pour sauver la Corée du...
octobre 2021
Le Matricule des Anges n°227

Le Bois

de Jeroen Brouwers

D’amour et de soufre

Un monastère où sont maltraités des gamins, des fantômes du nazisme qui rôdent : Le Bois, un roman fracassant et expiatoire. Ça sent le sperme partout. » Bonaventura surveille le dortoir, lieu de tous les rêves impossibles où s’affairent dans l’obscurité de jeunes garçons. Lui-même en proie à quelques démons – débordement de sexe, manque d’amour – s’agite et souffre : « Érection. Œuvre d’art vivante offerte au corps de l’homme, même à celui d’un moine. Ma trique s’arc-boute contre la bure piquante qui me...
novembre 2020
Le Matricule des Anges n°218

La Machine s’arrête

de E. M. Forster

Voyage au centre de la terre (bis)

Publié il y a plus d’un siècle, La Machine s’arrête, bijou d’anticipation, décrit de façon imparable notre monde d’aujourd’hui. L’humanité, dans son désir de confort, avait dépassé ses limites. Elle avait beaucoup trop exploité les richesses de la nature. Avec calme et complaisance, elle sombrait dans la décadence… » Ces quelques lignes qui collent à notre actualité ont été publiées en 1909. La belle clairvoyance que voilà surtout énoncée ainsi avec ce flegme ou ce talent tout britannique, celui de l’écrivain Edward...
octobre 2020
Le Matricule des Anges n°217

Impossible

de Erri De Luca

Camarades, toujours

Face aux mensonges d’État, l’écrivain italien revendique ses années de militantisme révolutionnaire. Une écriture sous haute tension. Il lit des vieux livres parce que « les pages tournées de nombreuses fois et marquées par les doigts ont plus de poids pour les yeux, parce que chaque exemplaire d’un livre peut appartenir à plusieurs vies. » Erri De Luca écrit cela dans Trois chevaux, en 1999, juste avant que ne s’achève ce XXe siècle qu’il maudit tant pour ses guerres. Il ajoute : « Les livres devraient mourir n’importe...
septembre 2020
Le Matricule des Anges n°216

La Petite Dernière

de Myriam Cohen-Welgryn

Fille d’aplomb

Quand famille, religion et société sont décortiqués avec humour et panache. Un premier roman revigorant. &nbspJe m’appelle Fatima », Fatima Daas. C’est ainsi qu’elle se présente. Le dit, l’écrit, le répète, le serine à chaque début de chapitre. Comme pour se rappeler à elle-même qui elle est, comme pour s’assurer que tout va bien… alors que tout, forcément, est compliqué. Qui suis-je ? Où vais-je ? De ces sempiternelles interrogations, Fatima Daas pétrit un bien commun, quelque chose qui touche...
juillet 2020
Le Matricule des Anges n°215