La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Hubert Stevenson

octobre 1994 | Le Matricule des Anges n°9 | par Thierry Guichard

Meurtre sur l’Ile des marins fidèles

La lecture du nouveau roman d’Hubert Haddad est très troublante. Imaginez une histoire d’aujourd’hui, de ce vingtième siècle finissant, où tous les personnages parlent une langue du XIXe, où par exemple, un ancien loup de mer peut « rallumer sa bouffarde » et laisser ainsi la flamme du briquet illuminer « sa face boucannée ». Nous sommes à l’auberge du Croc-Moucheté, le vieux loup de mer, qui manie l’invective aussi bien qu’il boit, se fait appeler « Penitent, Georges-Matthew » et il fait fuir les autres clients potentiels. A l’étage, le propriétaire de l’auberge se meurt. Avant de quitter ce monde, le malade appelle son fils pour lui confier que son plus grand plaisir sera d’achever la lecture du seul livre qu’il aie jamais lu L’Ile au trésor de Stevenson. Ce sera la dernière entrevue du jeune Rhys avec son père mais celui-ci aura eu le temps de lui laisser le plus bel héritage : le roman de Stevenson aux pages toutes cornées. Rhys va lire et décorner chacune des pages du livre, s’ouvrant ainsi à un monde fantastique, refaisant le parcours initiatique du père. Ce sont là des pages très émouvantes, merveilleuses à la fois d’intelligence et de sensibilité. Tout s’agence alors autour du roman de Stevenson dont les personnages semblent subitement être sortis pour venir peupler la vie du jeune Rhys. La mort du père, puis celle du vieux loup de mer, l’arrivée d’inquiétants personnages, la carte mystérieuse, tout concourt à faire du roman une nouvelle Ile au trésor. Rhys embarquera à bord de L’Hispanolia, le trois mâts Stevensonien, il luttera contre la tempête et contre les pirates et Hubert Haddad, avec une précision de maniaque, retrouve chaque manœuvre, chaque terme maritime et les fait sonner comme un immense hommage à un maître littéraire, un hommage à l’enfance et à l’incomparable pouvoir de la littérature. La réussite eût été totale s’il n’y avait eu pléthrore de symbolisme et de détails lorsque, entre grâce et damnation, entre délire et naufrage, les marins de L’Hispanolia luttent

Meurtre sur l’Ile
des marins fidèles
Hubert Haddad

Zulma
256 pages, 120 FF

Hubert Stevenson Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°9 , octobre 1994.
LMDA papier n°9
6,50