La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Le talent de la médiocrité

mars 1995 | Le Matricule des Anges n°11 | par Karine Gantin

Le Retour du contrôleur

Les Cacous

Robert Gordienne a un joli talent, qui mériterait d’être forcé. Les deux ouvrages, un roman et un recueil de nouvelles, qui paraissent aujourd’hui, ont en commun le caractère médiocre des personnages et une ambiance oscillant entre le noir et le « blues » - les histoires se déroulent aux Etats-Unis.
Le Retour du contrôleur fait suite au Contrôleur du Rialto, le premier roman de Gordienne, paru en 1986 chez Robert Laffont. Robert McHarrel y raconte sa vie plate de contrôleur de tickets au cinéma Le Rialto de Sunrise. Débit de méchancetés sur son entourage, y compris sur Joyce, sa compagne, description d’un univers lui-même mesquin. Il en a d’ailleurs fait un livre prêt à être publié, et le lecteur assiste à l’attente angoissée de sa publication, laquelle entraîne quelques fâcheries prévisibles. On se laisse bien emporter par ce mélange codé et efficace de brusques loghorrées socio-politiques, de piques ignobles et de gémissements sur soi : « La douleur prenait alors la dimension de la faillite d’un système passant à présent pour unique modèle. Le mollusque de Joyce était vraiment peu de choses par rapport à ce que je croyais cerner, là, sous mes yeux, et la force me manquait pour maudire le mauvais sort. »
Les Cacous - recueil de cinq nouvelles - est moins bon, mais original. Ce n’est plus un personnage central qui est minable, bête et méchant, mais, dans quatre des cinq nouvelles, un couple d’amis. Amitiés ratées, faussées depuis l’enfance, débouchant sur la trahison et l’oubli hypocrite, « s’achev(ant) en eau de boudin ». La déclinaison du thème est certes un peu trop répétitive, mais a le mérite de dérouter le lecteur. Qu’ont trouvé les personnages dans ces amitiés dépareillées, où ils ont apporté souvent toute la misère de leur solitude et le talent de leur mesquinerie ? Un contact vrai a-t-il eu lieu ? La réponse, tendant vers la négation noire, reste pourtant suspendue, troublante comme un « blues ».

Le Retour du contrôleur et
Les Cacous
Robert Gordienne

Editions Méréal
166 et 126 pages, 95 et 86 FF

Le talent de la médiocrité Par Karine Gantin
Le Matricule des Anges n°11 , mars 1995.
LMDA papier n°11
6,50