La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Le chant du cygne

mars 1995 | Le Matricule des Anges n°11 | par Philippe Savary

Comme des cailloux, les ténèbres dégringolent sur le crâne de ceux qui s’attardent à percer les secrets de la nuit. Pour Pessoa, son ami intime, « Mario de Sa-Carneiro n’eut pas de biographie : il n’eut que du génie. » Comment en serait-il autrement ? Né en 1890 à Lisbonne, ce météore des lettres portugaises a consacré sa courte œuvre à se mettre en scène, à aller à la rencontre de lui-même pour éprouver, en cette époque achevée de conquête et de progrès, la seule dynamique qui restait à explorer : la mort - et son corrolaire la folie - « voyage pour lequel on n’a même pas besoin de faire ses valises. » A 26 ans, il passa à l’action. Dans sa chambre d’hôtel parisien, rue Victor-Massé, il revêtit un smoking, avala de la strychnine et prit soin de rédiger son faire-part de décès à l’intention de sa fiancée.
« J’ai vingt-deux ans et je crois en rien », écrit-il dans Prémices, son premier livre. « Disons-le bien bas, poursuit-il, si ce n’était les beaux livres de ma bibliothèque et les pages de mauvaise prose que j’écris de temps à autre, il y a longtemps que je me serais tiré une balle dans la tête. » En attendant, Mario de Sa-Carneiro orchestre son anéantissement, regardant la vie, cette « éternelle souffrance » produire des décombres que le temps s’attache à entasser. Ses textes renvoient l’image d’une petite fille, riant de bon cœur en regardant son cerceau dévaler le chemin pour finir sa course dans un trou béant. Dans Prémices, recueil composé de trois récits et d’un « journal intime », sa vision s’ordonne comme un triptyque : le bonheur n’est qu’une illusion fugace, la destinée la compagne puînée du maléfice et le suicide la réponse du courage et de la révolte à une existence impuissante à se sublimer. Une voix certes maintes fois entendue en ce début de siècle mais dont l’écho - le souffle - continue de dépecer la croûte du sol qui se dérobe. Une goûteuse déchéance parfaitement résumée dans le dernier récit, intitulé L’Inceste. Troublant récital de la perversion d’un père transcendant son amour sur les cendres de sa fille aimée disparue. Eblouissant.

Prémices
Mario de Sa-Carneiro

traduit du portugais
par Jorge Sedas Nunes
et Dominique Bussillet
La Différence
211 pages, 120 FF

Le chant du cygne Par Philippe Savary
Le Matricule des Anges n°11 , mars 1995.
LMDA papier n°11
6,50