La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Les variations de Valençon

mars 1995 | Le Matricule des Anges n°11 | par Didier Garcia

Noces d’ombre

Le recueil de six nouvelles s’ouvre sur le tableau paisible d’un village enneigé et se ferme sur des territoires torturés par la guerre… Les Noces d’ombre de Jean-Michel Valençon sont une invitation à une villégiature qui incline à la rêverie et recueillement, et qui s’achève au cœur de la violence…
Mais avant la douleur, quelques visages féminins osent offrir leurs sourires silencieux : des femmes venues de nulle part traversent ces pages comme des ombres fragiles, des femmes qui aimeraient pouvoir goûter plus longtemps « ces silences fluides (…), cette aisance paisible à vivre » qui donnent à l’amour ces fragrances à la fois délicates et périssables. Hélas ! Annabelle, Myriam, Augusta ont en commun de devoir renoncer à l’amour, sinon de taire leurs désirs, et, au terme de ce « dépouillement volontaire », d’accéder à la mort.
A mesure que se tissent les intrigues, la mort évolue, délaissant peu à peu son grimage discret pour le masque de la barbarie. Comme s’il lui incombait de nous initier, l’auteur nous confronte tout d’abord à une mort « pudique » qui échappe aux regards, puis à des morts plus brutales - maladie, suicide, meurtre -, avant de nous abandonner aux charniers, à ces corps exsangues livrés aux charognards, à ce cadavre nu d’un enfant qui « saignait au milieu des chèvres mutilées »… Et le lecteur de se convaincre, s’il était besoin, de la douloureuse précarité de la vie.
Mais en dépit des sombres turbulences qui envahissent des espaces nimbés de lumière, il est des nouvelles dont le lecteur regrettera l’indicible enchantement - les bruissements nocturnes du bassin d’Arcachon sont trop rapidement étouffés par les déchirures de la guerre. Hésitant entre la profondeur des Variations Goldberg de Bach et la légèreté d’une Gymnopédie de Satie, l’écriture de Noces d’ombre nous exhorte à plonger « à l’intérieur d’une nuit, silencieux », pour une lecture attentive et intime.

Noces d’ombre
Jean-Michel Valençon

Editions de l’Aube
196 pages, 110 FF

Les variations de Valençon Par Didier Garcia
Le Matricule des Anges n°11 , mars 1995.
LMDA papier n°11
6,50