La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Paroles du désert

mars 1995 | Le Matricule des Anges n°11 | par Didier Garcia

Carnets de Tanger

1962-1979

Serions-nous trop accoutumés à ce que les carnets, en tant que genre littéraire, rendent compte des avatars d’une œuvre, du cheminement d’un auteur, occupé à disséquer ses lectures ainsi qu’à méditer sur la nécessité intérieure qui le voue à l’écriture ? Serait-ce parce qu’ils n’envisagent guère la création littéraire que les Carnets de Tanger s’offrent comme un journal de voyage, avant que leur profondeur ontologique ne consente à s’imposer, et que l’apparente banalité ne devienne soudain essentielle.
C’est dans son Prologue que John Hopkins nous prépare à la matière de ses carnets : « L’écriture me rassurait ; elle me prodiguait une mission quotidienne ». Retenir la vie, fût-ce dans ce qu’elle recèle de plus futile, immortaliser les passions du regard, telles sont les deux volontés qui soutiennent l’architecture du recueil. Aussitôt que colligé, le mot de Jane Bowles, « Rien n’est secondaire, pas plus que primordial », avait donc su le convaincre… De ce « jour après jour » émergent des rencontres, de celles dont le biographe dira qu’elles furent décisives pour l’écrivain qui se formait : Tenessee Williams, Paul Bowles, Brion Gysin, Irving Rosenthal, Alfred Chester… mais ce sont surtout les Marocains qui peuplent ces pages, fiers de leur noble atavisme, accordant l’hospitalité à des marginaux qui découvrent par la drogue une manière d’existence. Mais l’essentiel se profile au-delà de ces rencontres, dans ce désert saharien dont l’impertubable silence « fait penser au jugement de Dieu » : est-il en ce monde une beauté plus idéale que cette immensité de sable qui défie la fatuité de l’homme et qui incline à la quête spirituelle ?
Les carnets se referment sur la promesse d’une famille et le retour vers l’Europe, mais Tanger et son désert ont peut-être déjà délivré leur sentence : « Ma vie me semble condamnable : je ne rends personne heureux. Mon travail d’écrivain, tout comme ce périple à dos de chameau, est un voyage dans le néant »

Carnets de Tanger (1962-1979)
John Hopkins

traduit de l’américain
par Danielle et Pierre Bondil
La Table Ronde
314 pages, 98 FF

Paroles du désert Par Didier Garcia
Le Matricule des Anges n°11 , mars 1995.
LMDA papier n°11
6,50