La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Les défauts comparés

juin 1995 | Le Matricule des Anges n°12 | par Éric Dussert

L' Île Taciturne et l’île Enjouée

L’ingrate postérité n’a retenu du Siècle des Lumières que quelques noms : Diderot, d’Alembert… Nicolas Bricaire de la Dixmerie (1731-1791), lui, est tombé dans les oubliettes de la littérature. Affublé d’un nom cocasse, il est l’auteur d’œuvres qui lui ont valu une certaine réputation comme la Sibylle gauloise (1775) ou le Sauvage de Taïti (1790) : il y chatouillait de la plume ses contemporains.
S’il fallait jusqu’à aujourd’hui fouiller les bibliothèques pour le lire, la réédition de l’Île Taciturne et l’île Enjouée (1759) offre au lecteur une utopie parodique et documentaire. Imitation du Babouc ou le monde comme il va de Voltaire, ce récit cherche à établir une comparaison entre l’Angleterre (l’île Taciturne) et la France (l’île Enjouée) où « deux peuples se haïssaient sans motif, (…) s’estimaient sans le croire, s’imitaient sans le vouloir ». Un génie en tournée d’inspection, Alaciel, cherche qui, des habitants de la « Ville sombre » (Londres) ou des Frivolites (Parisiens), méritent par leur sagesse d’échapper à son courroux destructeur. Afin d’estimer leur valeur respective, Alaciel s’entretient avec les uns et les autres, découvre d’abord la folie anglaise, un penchant suicidaire trop morose à son goût. Passé en France, pays libertin où l’ « on se prend sans goût, sans regret on se quitte », il trouve qu’on s’entiche d’idées superficielles. Mais il poursuit néanmoins son enquête au café Procope, siège des philosophes, à Versailles, croise Buffon et Rousseau, lequel « marchait à quatre pattes et paraissait fort content de sa position ». Enfin, pour avoir rencontré un penseur singulier qui trouve à chaque défaut ses qualités, il épargne les deux nations et leur fournit un code de bonne conduite.
Conte philosophique, L’Ile Taciturne et l’île Enjouée qui emprunte ses anecdotes à l’abbé Prévost, Crébillon fils, Lesage ou Rétif de la Bretonne, est une anthologie des traits d’esprit de l’époque. C’est sans doute pour cela que Bricaire de la Dixmerie, thuriféraire de la cause voltairienne, joue encore les seconds rôles.

L’île Taciturne et l’île Enjouée
Nicolas Bricaire de la Dixmerie

présenté par Didier Gambert
Rumeur des âges
7, rue Dupaty, 17000 La Rochelle
83 pages, 65 FF

Les défauts comparés Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°12 , juin 1995.