La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Von Platen le romantique

septembre 1996 | Le Matricule des Anges n°17 | par Marc Blanchet

Journaux : mémorandum de ma vie, 1813-1835

C’est peut-être parce qu’il savait que ses Journaux paraîtraient bien après sa mort qu’August von Platen ne les a pas chargés d’effets littéraires, n’a pas limité les confessions, les égarements ni tu les passions inavouables de sa vie. Né en 1796, mort en 1835, le poète allemand rédigea ces volumineux Journaux de 1813 jusqu’à ses derniers jours. Sa vie a inspiré Thomas Mann pour le personnage du jeune adolescent de Mort à Venise. L’homosexualité d’August von Platen est une douleur lancinante qui traverse ces pages et montre bien dans ce romantique déchiré les conflits entre des amours interdites et les conventions d’une société. Mais les Journaux de von Platen ne sont pas seulement l’histoire d’une « tendance », c’est une suite d’impressions, d’aveux qui cherchent dans l’écriture intime un soutien aussi effectif que l’amitié.
Dès 1813, on sent l’homme, par ses passions et ses impulsions, condamné à l’errance et à la souffrance. À travers ses déplacements en Allemagne et surtout, à partir de 1826, sa vie en Italie, August von Platen note, retranscrit dans un mélange de désespoir et de sincérité, sa découverte de Rome, Naples ou Venise, ses lectures, ses soirées, ses promenades, ses rencontres avec Goethe, Jean Paul, Leopardi ou le sculpteur Thorvalsden. Insatisfait de sa création poétique, dans un doute permanent sur sa vie, il s’applique à témoigner, jusqu’à « construire » un journal, véritable mémorandum de la vie culturelle d’une partie de l’Europe, même s’il est difficile d’en extraire une citation tant le propos n’est ni descriptif ni aphoristique.
August von Platen est bien plus intense dans ses Odes italiennes : tous les éléments d’un savoir et d’une expérience sont ici transfigurés par une écriture lyrique exceptionnelle : « ô bienheureux l’homme, s’il en fût jamais un, qui/ Passa la nuit dans la paix, et chacun de ses jours,/ Satisfait de la rose et du printemps,/ Et le cœur rafraîchi d’amour ! » Dans ces poèmes écrits dans l’admiration des villes italiennes et de leurs artistes, August von Platen s’adresse aux amis avec un souffle qui renoue avec les classiques et les maîtres de l’antiquité, une idée du Beau et du Noble qui donne par la poésie ce que l’homme rêva d’atteindre dans sa vie.
Marc Blanchet

Journaux

et Odes italiennes
August von Platen

Traduits de l’allemand par
D. Le Buhan et E. de Rubercy
La Différence
914 et 152pages, 250 et 98FF

Von Platen le romantique Par Marc Blanchet
Le Matricule des Anges n°17 , septembre 1996.
LMDA PDF n°17
4.00 €