La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Le Napolitain Norman Lewis

septembre 1996 | Le Matricule des Anges n°17 | par Maïa Bouteillet

En octobre 1943, alors que les assauts alliés s’abattent avec rage sur le sud de l’Italie, Norman Lewis débarque à Naples en qualité d’officier des renseignements de la couronne britannique. Dans les rues de la ville tout juste libérée, la misère la plus noire s’offre au regard du soldat. « Vêtues commes tous les jours, elles montraient le visage affable, avide de commérages des honnêtes ménagères de la classe laborieuse. Quelques rations étaient posées à côté de chaque chaise, et je n’ai pas tardé à comprendre qu’il suffisait d’ajouter sa contribution à la pile déjà constituée pour coucher avec l’une d’elles, ici même ». Dans les faubourgs, les habitants fouillent la terre à la recherche de la plus petite racine comestible et les aquariums ont été vidés de leur contenu.
Scrupuleusement, jour après jour, Norman Lewis consigne ces douloureuses observations. Chargé d’établir un fichier de renseignements, il est assailli par les dénonciations et les témoignages sans scrupules. « Certaines accusations prêtent à sourire, ainsi celle qui vise un prêtre accusé d’avoir organisé une projection de films pornographiques pour le compte du commandant de la garnison allemande ». Grâce à ses « contacts », qui deviendront de précieux amis, Lewis enquête sans conviction sur « les citoyens suspects » mais pénètre ainsi au plus près de la vie napolitaine. Il se fait alors le fin observateur de « l’âme » et des mœurs locales en matière de sexe, d’alimentation, de combines ou de superstitions. Et ces conclusions en la matière sont pleines d’humour et de sympathie pour ces Napolitains qui montrent, malgré tout, une formidable vitalité. Témoin de leur tragédie et des absurdités de la guerre - « un village rayé de la carte sous prétexte que les Allemands s’y cachaient peut-être » - Norman Lewis jette un regard révolté puis désabusé sur la stratégie des « libérateurs » et sur sa mission.
Un an plus tard, c’est plein de nostalgie qu’il fera ses adieux à la ville.

Maïa Bouteillet

Naples 44
Norman Lewis

Phébus
Traduit de l’anglais par
Pierre Giuliani et Iawa Tate
240 pages, 129 FF

Le Napolitain Norman Lewis Par Maïa Bouteillet
Le Matricule des Anges n°17 , septembre 1996.
LMDA PDF n°17
4.00 €