La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Le boucher sentimental

décembre 1996 | Le Matricule des Anges n°18 | par Maïa Bouteillet

L' Energumène

Sous les fenêtres de la villa parisienne du cinéaste Victor Kasel, un homme parle et s’agite. Dans un monologue enfiévré et paranoïaque, il déverse son désespoir à qui veut l’entendre. La rancœur d’un homme à qui l’on a volé sa vie, 45 ans plus tôt. Visage creusé, manteau élimé, une pauvre valise à ses pieds, « l’énergumène » attend sur un banc du square tout proche. La vengeance est un plat qui se mange froid. Lambert Majeur a patienté pendant 45 ans. Il peut bien attendre encore quelques nuits… Le temps de raconter toute une vie emportée par le mensonge.
Comment il en vint à fendre des bêtes aux abattoirs de la Villette, pour nourrir sa femme Pina et Violette, la fille de celle-ci, dans le Paris de l’après-guerre. Et comment, par un beau jour d’été 1949, il mordit à l’hameçon du « cinéma vérité » pour jouer son propre rôle de boucher dans L’Amour des animaux. « Kasel m’avait montré ses guêtres, ses projecteurs, tout l’attirail du cinéma qui nous fait perdre la raison. » Viré des abattoirs, Lambert - qui désormais s’appelle Antoine Riche- se rêve en « acteur d’un nouveau genre » accroché à l’espoir de La Nuit sans lendemain, le film de sa vie que Kasel ne tournera jamais…
Auteur de nombreuses nouvelles et d’un premier roman, Parole de singe (prix Fénéon), Patrick Cahuzac, né à Strasbourg en 1963, signe avec L’Énergumène un livre tendre et drôle. Victime toute désignée, ce Lambert Majeur ridicule est finalement presque poignant. En filigrane, transparaît une réflexion sur la frontière ténue et glissante entre fiction et réalité et, fatalement, sur la dérive moderne que sont les reality shows. Mais si cette question reste tangible tout au long du roman, l’auteur pourtant n’assène aucune morale et nous épargne, heureusement, le discours type grand sociologue des médias. Dans un style dense et rapide, il laisse filer l’histoire. On n’en gardera pas un souvenir impérissable. Mais sa construction efficace nous offre une lecture intelligemment récréative.

L’Énergumène
Patrick Cahuzac

Gallimard
144 pages, 85 FF

Le boucher sentimental Par Maïa Bouteillet
Le Matricule des Anges n°18 , décembre 1996.