La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français L’assassinat de Guy Debord

décembre 1996 | Le Matricule des Anges n°18 | par Christophe David

Blocus Solus

La pensée de Guy Debord, l’un des fondateurs du situationnisme, devient aujourd’hui l’objet d’études mais on ne peut que se féliciter que ces études ne soient pas de celles qui conçoivent l’histoire de la pensée comme une promenade dans un cimetière. Quand Guy Debord devient sous le nom de Guy Bordeux un personnage romanesque, on se réjouit que ce soit dans un roman policier.
Le cadre du roman policier permet d’éviter les ornières du roman biographique et nous épargne la construction d’un Guy Debord d’opérette en donnant tout simplement au personnage de Guy Bordeux la place du… mort.
Blocus solus avance en effet l’hypothèse (romanesque) que Guy Bordeux ne se serait pas suicidé mais qu’on l’aurait suicidé pour l’empêcher de publier son dernier manuscrit « Instructions pour un blocus continental ». L’Internationale situationniste a plusieurs fois croisé le crime. Côté réalité : le premier éditeur de Debord, Gérard Lebovici a bien été assassiné en 1984. Côté imaginaire : un coup d’œil à le revue La Bibliothèque des émeutes, permet de voir la fascination que la figure de Mesrine a pu exercer sur certains situationnistes.
Delcour imagine que dans un dernier manuscrit, Bordeux a révélé comment vers 1976 une action a été menée aux Açores par l’Opus dei et la CIA pour éviter que l’archipel ne devienne un second Cuba. Devenu gênant, Bordeux est tué et la chasse au manuscrit compromettant commence. L’enquête menée par François Delprat, ex-barbouze reconverti dans une activité floue de conseil juridique est d’abord mue par la nécessité (professionnelle) de découvrir la vérité de l’affaire Bordeux puis assez rapidement par la volonté (personnelle) de rendre justice à Bordeux lui-même. Le roman tourne vite à la curée.
Le souci de Delcour dans ce cinquième roman avec lequel il entre en Série noire, n’est pas la construction mais l’invention de personnages. C’est sa façon de renouer avec le néo-polar. Son style ne le situe pas du côté d’un Manchette (à qui le roman est dédié) mais plus sûrement du côté d’un Fajardie. On peut parfois lui reprocher un usage un peu lourd du calembour dans la première partie du roman -peut-être une mauvaise habitude prise avec le Poulpe dont Delcour a écrit l’une des aventures (Les Sectes mercenaires, 1996)- mais Blocus solus est malgré la facilité avec laquelle on y meurt un roman vif et vivant.

Blocus solus
Bertrand Delcour

Série noire, Gallimard
284 pages, 41,50 FF

L’assassinat de Guy Debord Par Christophe David
Le Matricule des Anges n°18 , décembre 1996.
LMDA papier n°18
6.50 €