La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Entretiens A l’ombre de la vie

décembre 1996 | Le Matricule des Anges n°18 | par Thierry Guichard

Le nouveau roman de René Frégni décrit un univers qu’il connaît bien : la prison. Où se pdent les hommes oscille entre révolte et tendresse. Avec bonheur.

Où se perdent les hommes

À Manosque où vit René Frégni, le soleil possède la même chaleur que celui qui dénude les bras des femmes dans son nouveau roman. Un soleil qui gonfle le cœur des détenus des prisons d’Aix et des Baumettes à Marseille et du centre de détention de Salon-de-Provence où l’écrivain anime des ateliers d’écriture. Tout comme Ralph, le narrateur du livre.
Une visite dilettante du centre ville de Manosque dévoile un café-restaurant au nom charmant, le Piment-café et une crêperie, La Barbotine où, dans le roman, « les pigeons font claquer le ciel de bourrasques d’argent et les femmes tournent vers la lumière des visages comblés ».
Où se perdent les hommes s’imprègne donc de la réalité et raconte comment un écrivain raté se trouve bouleversé par un détenu, Gabriel Bove, qui occupe la cellule C 318. Ralph s’attache à Bove, il s’émeut et s’insurge. Au point de vouloir le faire évader. René Frégni, dans une prose légère et violente tout à la fois, excelle à construire un jeu de miroir dans lequel l’image de l’écrivain revêt peu à peu celle du détenu. Ses phrases cisèlent à merveille le bonheur de la vie, celui qu’infusent les femmes, les odeurs de forêt, l’amitié, le bruissement des feuilles, autant de plaisirs refusés aux détenus sans que se relâche pour autant le nœud terrible du désir. Il sourd de ce roman une profonde humanité et on en sort avec l’envie naïve d’aller tutoyer les clients accoudés au zinc de n’importe quel bar.

L’occupant de la cellule C 318 à qui est dédié votre roman c’est Bove ?
Oui, sous un autre nom. Bove, c’est un hommage à l’écrivain Emmanuel Bove. J’anime des ateliers d’écriture en prison avec une douzaine d’hommes dans chacun. J’ai vu ce détenu arriver. Il n’a pas écrit pendant deux ou trois mois, il semblait persécuté. Il m’intriguait parce que les voyous, les escrocs participent assez vite à l’atelier. Pas lui. J’ai appris qu’il avait écopé de 18 ans de prison pour le meurtre de sa femme. Il était comme je l’ai dépeint dans le livre : il vivait avec le fantôme de sa femme dans sa cellule, il lui parlait, il peignait son portrait, il refusait les promenades. Un jour, il m’a invité dans sa cellule pour que je voie les portraits de sa femme qu’il peignait sur ses étagères. Il a partagé son repas avec moi. Pour l’aider je lui ai ensuite apporté de quoi faire de vrais tableaux. Un jour, il a tenté de se suicider et on l’a transféré au quartier psychiatrique des Baumettes. Quand il est revenu, quelques mois plus tard, il était d’une maigreur effarante. À tel point que j’ai voulu le faire sortir. Je me suis renseigné sur les moyens légaux mais il fallait qu’il ait accompli au moins la moitié de sa peine. Je pensais qu’il ne tiendrait pas jusque-là. Alors, j’ai commencé à étudier les moyens de le faire évader. Et, c’est là que j’ai pensé au procédé dont je parle dans le livre. Comme il ne voulait pas sortir, j’ai écrit le roman.
S’il avait été d’accord pour s’évader, vous l’auriez réellement...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°18
6.50 €